BFMTV

Amiens: un appel à témoins lancé pour retrouver un homme suspecté du meurtre de sa compagne

Un appel à témoin a été lancé le 15 mai 2021 pour retrouver Gwénael W., suspecté du meurtre de sa compagne à Longpré-lès-Amiens (Somme).

Un appel à témoin a été lancé le 15 mai 2021 pour retrouver Gwénael W., suspecté du meurtre de sa compagne à Longpré-lès-Amiens (Somme). - Compte Twitter du procureur d'Amiens

Le procureur d'Amiens a diffusé samedi une série de portraits de Gwenael M., 39 ans, suspecté d'avoir tué sa compagne d'une vingtaine de coups de couteau. Il serait en fuite depuis plus d'une semaine.

Le procureur d'Amiens (Somme) a diffusé samedi une série de photos de Gwenael M., un individu activement recherché par les autorités pour le meurtre de sa compagne. Le corps sans vie de la victime, découvert il y a sept jours, porte la trace de nombreux coups de couteau. Le suspect pourrait avoir changé d'apparence, précisent les autorités.

Le corps enroulé dans un tapis

Le 9 mai, la dépouille de Claire M., une brancardière de 34 ans, est retrouvée enroulée dans un tapis, dans un pavillon appartenant à son compagnon situé dans le quartier Longpré, au nord-ouest d'Amiens. Le corps de cette mère de deux adolescents porte les traces d'une vingtaine de coups de couteau dont l'emplacement "ne laisse pas de doute sur l'intention homicide", ainsi que de nombreux hématomes, selon le procureur de la République d'Amiens Alexandre de Bosschère. Dès le lendemain, un appel à témoin est lancé pour retrouver son compagnon, principal suspect du crime.

Séparée du père de ses enfants, la victime entretenait depuis août 2020 une relation amoureuse avec Gwenael M., 39 ans. Ce dernier s'est rendu la veille de la découverte du corps chez une amie, dans un état "très confus" et présentant des blessures à la main droite et au visage.

Il a alors raconté avoir été victime d'une tentative d'homicide chez lui de la part de deux hommes, qui auraient tué sa compagne. L'homme a ensuite quitté précipitamment le domicile de cette amie dimanche en fin de matinée.

Des tatouages identifiables

Depuis huit jours, il est introuvable, et ce, "malgré les très nombreuses investigations engagées" par la police judiciaire d’Amiens, avec l'aide de la Direction centrale de la police judiciaire et de la brigade nationale de recherche des fugitifs. Samedi, le procureur d'Amiens a donc dévoilé une nouvelle série de portraits du suspect, "ainsi qu’une description de tatouages susceptibles de faciliter son identification".

De type caucasien, l'individu, d'1m78, porte un tatouage d'une tête de cerf sur son torse, des serpents dans son dos, des tatouages tribaux et de dieux grecs sur les bras et enfin des mangas sur les jambes et les chevilles. Gwenaël W. présente aussi plusieurs blessures récentes sur le visage et l'une des mains. L'homme aux yeux bleus est roux d'origine, mais pourrait avoir changé d'apparence.

"Il lui arrivait de teinter ses cheveux et sa barbe en brun et de modifier la taille de celle-ci", souligne le magistrat.

Une photographie de son véhicule, dans lequel il pourrait avoir pris la fuite a également été dévoilée. Il s'agit d'un fourgon Mercedes "Citan" bleu, immatriculé DZ-246-NE.

Le fourgon Mercedes "Citan" bleu, immatriculé DZ-246-NE, est activement recherchée par les autorités.
Le fourgon Mercedes "Citan" bleu, immatriculé DZ-246-NE, est activement recherchée par les autorités. © Compte Twitter procureur d'Amiens

"Instable psychologiquement"

Autoentrepreneur en chaudronnerie et ferronnerie, Gwenaël W. a été condamné à deux reprises ces dernières années, pour port d'arme et violences sur des policiers puis pour harcèlement sur conjoint, atteinte à la vie privée et usage de stupéfiants. Selon des proches entendus, Claire M. n'avait jamais évoqué de violences de sa part mais il semble que des disputes intervenaient "régulièrement".

Le fugitif serait "instable psychologiquement, avec des propos incohérents, depuis les faits", souligne le procureur.

Et de prévenir: "Cet individu étant susceptible d’être dangereux, aucune intervention directe ne doit être tentée par un témoin."

Toute personne disposant d’information concernant l’individu ou son véhicule peut se manifester en contactant ce numéro: 03 20 30 37 25 ou le 17.

Esther Paolini Journaliste BFMTV