BFMTV

Affaire PIP: jugement le 10 décembre

Une prothèse PIP, accusée de rompre trop facilement.

Une prothèse PIP, accusée de rompre trop facilement. - -

Le tribunal correctionnel de Marseille a finalement décidé de rendre son jugement le 10 décembre prochain. La décision sera connue ce jour-là à 10h, a indiqué la présidente du tribunal.

Le tribunal correctionnel de Marseille rendra son jugement le 10 décembre dans l'affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP.

La décision sera connue ce jour-là à 10h, a indiqué vendredi la présidente du tribunal, Claude Vieillard, clôturant un procès qui s'est tenu pendant un mois.

Auparavant vendredi, l'avocat du fondateur de PIP Jean-Claude Mas, poursuivi pour tromperie avec quatre anciens cadres de l'entreprise, avait plaidé une relaxe partielle de son client.

Mon gel "n'est pas toxique, pas dangereux", affirme Jean-Claude Mas

En toute fin, la parole a été donnée aux cinq prévenus, mais seul Jean-Claude Mas a dit quelques mots, les autres n'ayant "rien à ajouter". A ses quatre co-prévenus, il a dit "regretter la façon dont s'est terminée (l'entreprise) PIP".

"Un gros pourcentage de victimes ont du gel Nusil (le gel conforme, ndlr) dans leurs implants", a-t-il aussi affirmé, soulignant une nouvelle fois que son propre gel "n'est pas toxique, pas dangereux". "J'espère un petit peu soulager la douleur des victimes," a-t-il ajouté.

Plus de 7.400 femmes ont porté plainte dans cette affaire, dont un tiers d'étrangères. Le dernier bilan de l'ANSM sur environ 15.000 femmes explantées en France a recensé de plus de 4.100 ruptures et près de 2.700 cas d'irritations.

À LIRE AUSSI:

>> Procès PIP: le dernier mot à l'avocat de Jean-Claude Mas

>> Jean-Claude Mas n'exprime ni remords, ni regrets

>> Prothèses PIP: un quart des implants défectueux

V. G. avec AFP