BFMTV

Affaire Barbarin: les parties ont un mois pour examiner le dossier

Des victimes d'une prêtre du diocèse de Lyon reproche au cardinal Barbarin de ne pas avoir dénoncé les faits.

Des victimes d'une prêtre du diocèse de Lyon reproche au cardinal Barbarin de ne pas avoir dénoncé les faits. - AFP

La décision a été signifiée vendredi aux différents avocats engagés dans la procédure. Le parquet de Lyon a donné un mois, soit jusqu'au 18 juillet, au cardinal Barbarin et à ses accusateurs pour formuler d'éventuelles demandes d'actes ou observations sur le dossier, avant de décider des suites à donner à l'enquête visant l'archevêque, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Le 8 juin, le cardinal Philippe Barbarin avait été entendu durant dix heures dans un commissariat lyonnais par les policiers de la Brigade départementale de protection de la famille, dans le cadre d'une enquête préliminaire pour "non-dénonciation" d'agressions sexuelles sur mineurs et "non assistance à personne en danger" (et non "mise en danger de la vie d'autrui" comme évoqué jusqu'alors).

Cette enquête, qui secoue le diocèse de Lyon et l'Église de France depuis plusieurs mois, concerne des agressions sexuelles commises sur des scouts lyonnais il y a plus de 25 ans par un prêtre du diocèse, le père Bernard Preynat, mis en examen fin janvier dans le cadre d'une information judiciaire instruite parallèlement. Plusieurs plaintes ont été déposées à l'encontre de l'archevêque et d'autres membres du diocèse de Lyon, à qui l'on reproche de ne pas avoir dénoncé les agissements du père Preynat, laissé en poste jusqu'en août 2015, dans une paroisse où il était au contact d'enfants. Le parquet a ordonné une enquête sur ces faits.

la rédaction avec AFP