BFMTV

Accident mortel à Paris: le policier était au volant avec 2,13 g d'alcool

-

- - -

Deux policiers en état d'ébriété qui circulaient en voiture, en dehors de leurs heures de service, cette nuit, à Paris, ont mortellement percuté un automobiliste.

MISE A JOUR 18h00: le policier au volant avait 2,13 g d'alcool dans le sang, selon une source judiciaire.

Un père de famille a trouvé la mort dans la nuit de mercredi à jeudi dans un accident de la route avec deux policiers. Selon nos informations, un lieutenant et un brigadier de police de Seine-Saint-Denis, qui n'étaient pas en service, ont mortellement percuté une camionnette, alors qu'ils revenaient d'une soirée arrosée dans une boîte de nuit, ivres. D'après les premiers éléments de l'enquête, ils ont brûlé plusieurs feux rouges sur leur trajectoire. La victime, un livreur de pain, était âgée de 40 ans.

Sortie de boîte de nuit

Les faits se sont déroulés boulevard de Sébastopol, en plein Paris, aux alentours de 4h15 du matin. Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux policiers sortaient d'une boîte de nuit du quartier des Champs-Elysées (8e arrondissement de Paris) dans une voiture de police banalisée, et remontaient le boulevard à une vitesse excessive en grillant les feux rouges, d'après les caméras de vidéosurveillance, lorsqu'ils ont percuté la camionnette du livreur de pain, à l'angle du boulevard de Sébastopol et de la rue Reaumur. 

Garde à vue

Agée de 40 ans, la victime, qui a été éjectée du véhicule sous la violence du choc, est morte peu après l'accident. Les policiers, dont la voiture est rentrée dans la vitrine d'un commerce, ont refusé de se soumettre au test d'alcoolémie.

L'Inspection générale de la Police nationale (IGPN), la police des polices, a été saisie de l'enquête et l'un des deux occupants du véhicule a été placé en garde à vue. 

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué que "si l'enquête judiciaire confirme les premières constatations et révèle un comportement fautif et inadmissible des policiers, ils feront l'objet de sanctions disciplinaires d'une très grande sévérité, indépendamment des poursuites pénales". "Dans l'attente des conclusions des enquêtes en cours, ils seront immédiatement suspendus", ajoute Bernard Cazeneuve, assurant à la famille de la victime que "toute la lumière sera faite sur cette tragédie".

"C'est une enquête qui débute"

Interrogé sur BFMTV, Luc Poignant, du syndicat SGP Police, a indiqué que des prises de sang ont été effectuées sur les deux policiers. Il y a eu prise de sang. On attend les résultats et on déterminera le taux d’alcool dans le sang", a-t-il fait valoir, reconnaissant qu'un "certain nombre de choses paraissent accablantes".

Le syndicaliste a toutefois tempéré la situation en estimant qu'"à partir du moment où c’est un carrefour qui est muni de feux tricolores, il y en a un des deux qui, manifestement, a grillé le feu. Le tout est de savoir lequel. Et ce n’est pas parce-que mes collègues seraient en état d’ébriété qu’ils auraient grillé le feu". "C’est une enquête qui débute. Il faut faire très attention dans les déclarations qu’on fait", a-t-il ajouté.

A.S. avec Cécile Ollivier