BFMTV

Laurent Ruquier: "Il y a de fortes chances pour que je continue ONPC"

Laurent Ruquier sur le plateau d' "On n'est pas couché"

Laurent Ruquier sur le plateau d' "On n'est pas couché" - Barbereau Bernard/FTV

L'animateur d'On n'est pas couché sur France 2 évoque l'avenir de son émission et la présidentielle de 2017. Pas question pour lui de rester en France si le FN passe.

À l'instar de Michel Drucker qui ne sait pas encore s'il signera pour une nouvelle saison de Vivement dimanche l'année prochaine, Laurent Ruquier évoque son avenir au sein de France Télévisions et celui de l'émission On n'est pas couché.

"Je ne sais pas. Je me déciderai au printemps", explique-t-il à TéléObs. "J'aime les comptes ronds. Nous en sommes à la dixième saison (...) L'audience nous permet tout. Il y a donc de fortes chances pour que je continue ONPC la saison prochaine".

"Si demain le Front national passe, je me tire"

L'animateur a également évoqué la venue de Manuel Valls dans son talk-show, le 16 janvier dernier. La présence du Premier ministre avait fait couler beaucoup d'encre.

"Ce débat est ridicule. Nous vivons dans l'ère du buzz permanent (...) Honnêtement, je suis bien plus gêné par l'attitude des politiques face à Cyrille Eldin quand il les interroge dans la rue. Ça me parait bien plus grave. Sauf que là, personne n'est scandalisé. Qu'un journaliste de Canal+ se marre avec Marine Le Pen ne pose aucun problème!", tacle-t-il avant d'ajouter: "Nous n'avons quand même pas demandé au Premier ministre de faire des claquettes! Nous ne l'avons même pas confronté à des tweets, comme cela se fait dans certaines émissions".

Concernant sa vision de la politique française, Laurent Ruquier explique être "capable de voter Juppé ou Bayrou" à la prochaine présidentielle.

"Hollande? Ça m'emmerderait. Mais peut-être. Je suis comme beaucoup de Français: j'espère qu'un candidat surgira de nulle part. Après, si demain le Front national passe, je prends mes cliques et mes claques, et je me tire. Je m'en fous. J'ai 53 balais, j'ai gagné ma vie, je n'ai pas de problème. Franchement, cette présidentielle ne va pas être si mal. On le sait tous: Marine Le Pen sera au second tour mais elle ne passera après", assure-t-il.