BFMTV

Fermeture des lieux culturels: Clémentine Célarié appelle à "libérer les théâtres et les cinémas"

La comédienne a joué seule sur scène une pièce retransmise en direct sur Internet. Elle y voit une solution face à la fermeture des lieux culturels, qu'elle dénonce sur notre antenne.

"On est des survivants, des guerriers." Clémentine Célarié a partagé ce mercredi matin sur le plateau de BFMTV face à la fermeture des salles de spectacle. L'actrice a plaidé pour leur réouverture, arguant qu'elles étaient moins dangereuses que les grands magasins.

"Les théâtres n'ont jamais été des zones dangereuses", martèle-t-elle. "C'est un manque de respect, de considération (de la part du gouvernement). Le théâtre, c'est l'espoir, c'est l'ouverture sur le rêve: c'est le médicament dont nous avons besoin aujourd'hui. On a besoin de se réunir vers la beauté", ajoute-t-elle, en précisant qu'il "n'y a pas plus respectueux" qu'un public de théâtre: "Il faut libérer les théâtres et les cinémas! C'est bien plus policé que les magasins."

"Ce n'est pas tant de la colère que du désespoir", dit-elle encore. "On nous a jeté du bateau, on est sur un radeau: on a l'impression d'être traités comme des gens pas importants. Or on a besoin plus que jamais d'une chaleur, de la chaleur du cœur, de ressentir qu'on est avec les autres pour l'Art."

"C'est comme faire l'amour à un robot"

La comédienne propose de jouer avec les contraintes actuelles pour continuer son métier. Elle a ainsi innové la semaine dernière: ce samedi, elle était seule sur la scène du théâtre Anthéa d'Antibes pour y jouer Une Vie de Maupassant. Un moment unique retransmis en direct sur Internet pour les spectateurs qui avaient acheté un billet. 

Elle y voit une solution face à la crise actuelle, bien qu'elle considère étrange cette nouvelle manière d'exercer son art: "C'est comme faire l'amour à un robot", dit-elle avec sa fantaisie habituelle.

Des musiciens, comme Matt Pokora, ont opté en fin d'année 2020 pour une option similaire, en donnant des concerts diffusés sur internet, et organisés dans des salles vides. Une manière de continuer à pratiquer leur passion tout en faisant "du bien" au public.

Interrogée mardi soir à l'Assemblée Nationale sur la situation des lieux culturels, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot s'est refusée à donner une date de réouverture, estimant que ce serait "totalement irresponsable" de sa part. Elle a rappelé que, face à "une situation sanitaire non satisfaisante", une réévaluation est prévue le 20 janvier, comme annoncé par le Premier ministre Jean Castex.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV