BFMTV

Dans les coulisses de True Detective

Stephen Dorff et Mahershala Ali dans True Detective saison 3.

Stephen Dorff et Mahershala Ali dans True Detective saison 3. - HBO

La troisième saison de True Detective débarque sur HBO et en France sur OCS. Inspirée et captivante. Nous avons rencontré Stephen Dorff, moitié du nouveau duo de flics.

Enquête énigmatique, générique hypnotique, et duo d'acteurs efficace, True Detective est de retour et renoue avec ce qui avait fait son succès en 2014, lors de sa première saison. Après avoir signé une deuxième saison moins convaincante, le créateur Nic Pizzolatto fait un retour aux sources. Car si la Louisiane poisseuse et pauvre de la première saison laisse ici la place à l'Arkansas, le schéma narratif - une enquête, deux policiers, trois époques - est sensiblement le même.

Le duo d'enquêteurs, formé par Matthew McConaughey et Woody Harrelson, laisse ici la place à Mahershala Ali - révélé dans House of Cards et oscarisé pour Moonlight et Stephen Dorff prolifique acteur de série B, et héros de Somewhere de Sofia Copola en 2010. 

C'est lui qui assure la promo parisienne de la série, dont les deux premiers épisodes sont disponibles en France sur OSC depuis lundi. Il revient pour BFMTV.com sur son rôle de policier. Et nous raconte de sa voix grave de grand fumeur le tournage de la série, au fin fond de l'Arkansas.

Comment avez vous rejoint le casting de True Detective?

Mon agent m'a appelé pour me dire que mon nom était évoqué pour le nouveau True Detective. J'étais un grand fan de la série... une des meilleures depuis Les Soprano. Il m'a dit que je jouerais le partenaire de Mahershala Ali. Il m'ont demandé de faire une lecture pour Nic (Pizzolatto) chez HBO. J'ai dit "d'accord, est-ce que je peux avoir le scénario?" et ils m'ont dit non! Ils n'ont voulu le donner à personne tant qu'on n'avait pas signé. Ca fait longtemps que je fais ce métier et je n'avais jamais eu à accepter un rôle avant de savoir de quoi il s'agit! Mais ils m'ont dit "ne t'inquiète pas tu vas aimer". J'ai pensé, "il va falloir que je leur fasse confiance, je vais peut-être mourir dans le deuxième épisode, peut-être que ma tête explose dans le premier". 

Quelle était l'ambiance sur le tournage?

Le tournage était très intense à cause des dialogues et de la teneur des scènes. Ce n'est pas vraiment une série légère. Ce n'est pas une comédie où on peut s'amuser. Même si Roland (le personnage qu'il incarne, ndlr) a quelques répliques drôles, la plupart du temps c'était très intense. A la fin, Mahershala et moi, nous étions morts de fatigue. Au début du tournage, c'était assez intimidant, quand vous lisez le scénario. On se dit 'comment est-ce que l'on va en venir à bout?'.

Ce qui était particulièrement épuisant, c'est le maquillage. C'est magnifiquement bien fait, mais c'est fatigant. Cela demande beaucoup de patience. Ca me prenait 5 heures chaque jour. Mahershala avait besoin d'un peu moins de temps, 3 heures et demie. Mais il me fallait 5 heures, pour avoir cette calvitie, une perruque, un postiche sur le cou, c'était un peu plus compliqué. C'est très bien, très réaliste et ça vaut le coup. Mais c'est dur.

Vous interprétez Roland West à plusieurs âges...

Pour un acteur c'est intéressant. Je n'avais jamais fait ça auparavant. C'est presque trois différentes performances pour le même type. Je considère ça un peu comme des chapitres, les années 1980, les années 1990 et 2015. Le troisième âge était vraiment le plus étrange, parce que physiquement c'est très différent. Je porte un gros ventre, je marche différemment. Il faut se tenir différemment. Mais après 12 heures de tournage sous le maquillage, vous commencez à vous sentir vraiment vieux. 

Il y a également beaucoup de dialogues

Dans ce scénario tout est important, chaque mot, chaque rythme. Tout est là, vous n'avez plus qu'à le formuler. C'était vraiment un challenge pour moi. Il y a beaucoup de texte à apprendre. J'avais une équipe pour m'aider à répéter mon texte. A la fin de la journée, vous êtes fatigué, mais il faut encore apprendre les dialogues pour le lendemain. C'est beaucoup de travail, mais du bon travail. Parce que je savais qu'on était en train de faire quelque chose de solide.

Avez-vous tourné en Arkansas?

Oui, sept mois. C'est toujours mieux de tourner dans les vrais lieux . On séjournait dans une ville appelée Fayetteville, qui est une ville étudiante, plutôt démocrate, au milieu de cet Etat républicain, c'est presque comme un mini-Berkeley, et je me suis dit "finalement l'Arkansas n'est pas un Etat si républicain". Mais dès que vous faites 5 minutes de route, vous vous retrouvez au milieu des armes et des drapeaux confédérés. Mais j'ai trouvé ça stimulant d'être là pendant sept mois. Mahershala venait d'avoir un bébé, donc il rentrait souvent à Los Angeles. Moi je n'ai encore ni femme ni enfant et j'ai passé mon temps libre en Arkansas. J'ai vraiment apprécié la simplicité des petites villes. Je suis toujours dans des grandes villes, que ce soit L.A. ou New York. Je pense que l'Arkansas est un personnage important de la série parce que ça donne l'ambiance. Comme la première saison en Louisiane. 

Nic a mis beaucoup de son expérience personnelle dans cette série. Il a étudié en Arkansas. Il connaissait vraiment le feeling du lieu. On y retrouve par exemple cette énorme industrie qui s'appelle Tyson Chicken et qui fournit à peu près 90% des poulets d'Amérique. Il y a donc cette énorme usine de poulets, avec du sang et plein de poulets partout. Nic l'a mis dans la série, c'est là que le personnage incarné par Mamie Gummer, la fille de Meryl Streep, travaille à la chaîne. C'était parfait. Je ne pense pas que nous aurions pu tourner la série ailleurs. 

true detective saison 3

Depuis lundi 14 janvier à 20H40 sur OCS City génération HBO en US+24. Chaque lundi un nouvel épisode.

Magali Rangin