BFMTV

Alexandre Astier sort l’intégrale de Kaamelott: "Je n’ai jamais aimé le format court"

Alexandre Astier

Alexandre Astier - Joel Saget / AFP

Le créateur de la série-culte revient sur la création et l’héritage de son magnum opus, à l’occasion de la sortie de l’intégrale en DVD et Blu-ray.

"On en a gros", "c'est pas faux", "elle est où la poulette?"... Autant d'expressions, popularisées par Kaamelott d'Alexandre Astier, qui ont intégré la culture populaire et le langage courant. Achevé il y a neuf ans, le "magnum opus" du cinéaste lyonnais ressort en intégrale DVD et Blu-ray. L'occasion idéale de revenir avec son maître d'œuvre sur le destin d'une série aux dialogues truculents, devenue un objet d'études historiques dans les universités européennes. Un comble pour Alexandre Astier qui n'était pas fasciné, en commençant sa saga, par le mythe du roi Arthur.

Vous avez souvent dit que vous n’aviez pas de fantasmes arthuriens et que vous vouliez parler dans Kaamelott des problèmes de communication entre les individus. Depuis la fin de la série il y a neuf ans, vous êtes devenu sujet d’analyses pour les historiens du mythe arthurien.

Je sais (rires). Il y a plein de profs qui s’en servent pour des cours. Les textes de Geoffroy de Monmouth [historien de la légende arthurienne au XIe siècle, NDLR] ou Thomas Malory [auteur du premier roman arthurien au XVe siècle, NDLR] sont en fait des commandes. Il n’y a presque pas d’archéologie arthurienne: on n’est pas sûr que ce soit son tombeau, on n’est pas sûr qu’il ait existé… Mais la littérature arthurienne, ce sont des commandes. Donc, moi, très modestement, je fais mon boulot aussi, je raconte mon Arthur, et peut-être que ça rentre dans le lot, parce que ce n’était justement pas fait pour.

Pour beaucoup d’historiens, vous vous inscrivez dans "le long mouvement de réhabilitation du Moyen-Âge qui a marqué la période moderne". Avez-vous lu Kaamelott, un livre d’histoire qui vous est consacré et propose une analyse historique de la série?

Je l’ai un peu regardé, mais je ne l’ai pas lu. Je ne voulais pas trop. Il y avait ma gueule dessus au début. Je ne voulais pas qu’on fasse croire aux gens que c’était [un livre de] moi. Dans une période où les fans n’ont rien eu d’inédit depuis longtemps, je trouve ça moyen de sortir un bouquin avec ma gueule dessus qui s’appelle Kaamelott. Je ne peux pas l’interdire, parce qu’il y a du boulot derrière et que c’est très intéressant, mais je veux que les gens soient au courant que c’est un truc périphérique.
Deux livres qui analysent Kaamelott
Deux livres qui analysent Kaamelott © Vendémiaire

Kaamelott est arrivé en plein âge d’or des séries: Sur écoute, Les Soprano, A la Maison-Blanche étaient en train de se terminer. C’était les débuts de Mad Men, Lost et Breaking Bad. La critique commençait à s’intéresser aux séries et à porter sur elles un regard plus bienveillant que par le passé. Pensez-vous que Kaamelott a bénéficié de ce contexte?

C’est vrai. Il y a eu une époque où la série a passé un cran de crédibilité vis-à-vis des critiques. Il y a eu aussi la possibilité de s’acheter des DVD et de se les taper en un week-end, de bouffer des séries à fond, de rester avec des personnages. C’est ce qu’il y a dans Les Soprano: on reste avec la psychologie d’un héros dix, vingt, trente heures. C’est un autre langage que le cinéma. A mon avis, ça l’a souvent dépassé. Le film sert à raconter un truc fort d’un coup. Et le drama [série dramatique, NDLR] de 40 minutes reste irremplaçable.

Cette même évolution a frappé Kaamelott, qui a commencé comme une pastille humoristique pour finir en drama de 40 minutes. Dans le livre V, Arthur lance à Guenièvre: "Ce n’est pas à votre rythme qu’il faut marcher, mais au mien." C’était un message subliminal à M6?

Pas à M6 spécialement. La saison 5 a été hyper surprenante pour plein de gens. J’avais la poule aux œufs d’or pour eux. Il ne fallait surtout pas que je touche à quoi que ce soit. Il fallait que je fasse ça pendant 35 ans et terminé. Et je change tout, la série devient un drama, les mecs me disent que je suis fou. Je leur dis: "oui, mais moi mon boulot c’est d’être comme ça". Alors, oui, ce n’est pas à votre rythme que ça se fait, mais au mien. Pour le changement de format, ce que je rajouterai est que je n’ai jamais aimé le format court. Je ne crache pas dans la soupe, c’est ce qui m’a permis de faire le début des choses, mais je veux dire que pour quelqu’un qui a envie de raconter des histoires c’est infernal comme format.

Le sexe et la violence occupent une place prédominante dans les fictions qui se déroulent dans un Moyen-Âge réinventé, comme Game of Thrones. Ce n’est pas le cas de Kaamelott.

C’est parce que je n’y crois pas. Je ne suis pas cet auteur-là. Je ne veux pas l’être. J’ai vu des scènes... notamment dans Rome. Ils ont une scène où ça fomente: "On va faire ça… Tu vas payer machin… On assassine bidule…" Et tout ça devient une scène de cul. Ils se disent la même chose que s’ils étaient autour d’une table et ils baisent. Pour moi, c’est tout l’inverse de ce qu’il faut faire. Les personnages qui disent ce qui arrange l’auteur, je le repère tout de suite, ça ne marche jamais. En plus de ça, je n’aime pas les scènes de sexe - et j’en ai fait… [au début du livre VI de Kaamelott, NDLR].

La parole occupe une place importante dans Kaamelott. Il y a des mots récurrents: "clodo", "pécore", "connard"...

Ce sont des insultes que j’adore, parce qu’elles sont arbitraires. Il n’y a a priori aucun mal à être paysan, ni SDF. Ce n’est certainement pas une insulte. J’aime bien quand les gens cessent d’être politiquement correct, parce qu’au bout d’un moment on en a vraiment marre. “Pécore”, ce n’est pas simplement “paysan”, mais des gens qui n’ont pas de sophistication. “Clodo”, c’est un mec qui n’a pas de dignité, d’élégance - dans leur bouche. “Connard’, ça marche bien. Il y a “pignouf”, que j’ai un peu moins utilisé, parce qu’il est plus daté. Pour moi, le roi des insultes est Labiche. Il y a d’ailleurs plein de ses insultes qui ne veulent plus rien dire aujourd’hui car elles font références à des œuvres de l’époque. J’ai toujours aimé ça. Et Hergé aussi. Haddock, il en envoie des super.

D’où vient cet amour de l’insulte?

Je dirais qu’il y a des insultes qui sont violentes en français, moins violentes avec l’accent du midi et encore moins violentes en italien. Je ne sais pas pourquoi. Je fais des personnages qui ont l’insulte quotidienne. Ils ne trouvent rien de bien, donc j’invente toujours des mondes où les mecs s’insultent franchement et où l’autre, en face, encaisse. Ce ne sont jamais des insultes qui atteignent profondément.
Illustration des DVD du livre I de Kaamelott
Illustration des DVD du livre I de Kaamelott © Nicolas Bory

Ce qui est important pour vous est la sonorité des mots, de la phrase, avant le sens. Il y a cependant beaucoup de mots que vous utilisez comme "tarlouze", "tapette", "tafiole", "pédale" qui aujourd’hui passent mal même quand on les utilise au second degré.

Il y a deux choses très différentes. Premièrement, je ne peux pas m’interdire d’écrire des personnages homophobes. Je pense même que de ridiculiser des personnages homophobes est une manière de confirmer qu’ils ont tort de l’être. Il y en a dans Kaamelott, ce sont des guerriers, des mecs qui se prétendent à l’ancienne. C’est homophobe, misogyne, c’est très insultant, mais c’est ces mecs-là que je mets en scène. Bien sûr qu’il faut que ça y soit. Je ne le balancerai pas [ces mots] publiquement, parce que ça pourrait heurter des gens que je ne ferais pas gaffe de heurter. Mais, pour moi, une "tarlouze" ce n’est pas un homosexuel. Une "tarlouze", pour moi, c’est un mec qui me casse les pieds parce qu’il est un peu mou: on a envie de le secouer. Je ne confonds pas trop les deux. C’est un de mes gamins qui m’a montré quelqu’un qui expliquait comment une scène [du livre I] était homophobe. Je ne trouve pas ça vrai. A l’époque, quand je l'ai écrite avec un acteur qui nous a quittés, Marcel Philippot, qui jouait l’évêque Boniface, j’étais content qu’Arthur, le héros, dise qu’il ne comprend pas [pourquoi certains voudraient interdire l’homosexualité, NDLR]. Ça m’a rendu vraiment triste que ça soit tortillé pour faire autre chose. Je ne voulais pas blesser des gens là-dessus.

Les dessins de Nicolas Bory qui illustrent l’intégrale sont très sombres.

Il a été très libre. Il a proposé quelques croquis, mais ses premiers croquis ont tout de suite convenu. Je trouve ça osé. Il parle d’un Kaamelott qui me plaît. C’est celui-là que je veux que les gens voient aussi, pas toujours l’autre. Enfin, celui-là c’est celui que je dois montrer moi. L’autre Kaamelott, les gens en parlent entre eux. Ils n’ont pas besoin de moi. Mais celui-là, il faut le remettre un peu sur le devant.

Vous avez fait une dédicace à la Fnac de Lyon en prévenant que toutes les personnes qui poseraient une question sur le film seraient renvoyées au bout de la file. Il paraît que seule la dernière personne vous a posé la question...

Oui. C’est très curieux, cette discipline. Moi, je déconne sur Twitter en leur disant que je renvoie au bout de la file ceux qui me posent des question sur le film.

Vous ne l’auriez pas fait?

Tellement pas. Ils sont fous, les gars. Ils me prennent au sérieux.

Mais vous êtes le roi Arthur!

Oui, d’accord. Non, je ne l’aurais pas fait. Elle était la dernière de la queue. Donc, évidemment, elle ne pouvait pas être renvoyée au bout de la queue. Elle m’a posé une question sur le film, c’est vrai. Je lui ai dit, “vous, vous avez le droit”. Après, je n’ai jamais prétendu pouvoir y répondre, mais la question a été posée.

Les fans de Kaamelott, ce sont les Kaamelottiens? les Kaamelottistes?

Je sais qu’il y des communautés de fans qui tournent vraiment autour de l’apéro et des répliques cultes. Ceux-là, ils peuvent s’appeler les "On en a gros". Ils s’occupent d’un aspect de Kaamelott. Il y a eu des mariages Kaamelott, des enfants qui se sont appelés Arthur.

Kaamelott: Les Six Livres: l'Intégrale de la série Kaamelott, disponible en DVD (88,99 euros) et Blu-ray (98,99 euros). 

Jérôme Lachasse