BFMTV

Pour Alan Moore, créateur de "Watchmen", les super-héros ont "ruiné le cinéma et la culture"

Le scénariste Alan Moore en 2010 à Londres

Le scénariste Alan Moore en 2010 à Londres - Gaius Cornelius - Wikimedia Commons

Alan Moore, qui a déconstruit le genre du récit de super-héros dans Watchmen ou Killing Joke, a une nouvelle fois pris publiquement la parole pour dire tout le mal qu'il pense de ce genre.

Mythique scénariste de comics (Watchmen, Killing Joke), qui s'est appliqué tout au long de sa carrière à déconstruire les super-héros, Alan Moore a une nouvelle fois pris la parole publiquement pour dire tout le mal qu'il pense de ce genre.

"La plupart des gens assimilent désormais les comics aux films de super-héros", explique-t-il à Deadline à l'occasion de la sortie aux Etats-Unis de son film The Show. "Je n'ai pas vu de film de super-héros depuis le premier Batman de Tim Burton. Ils ont ruiné le cinéma, et d'une certaine manière la culture." Il ajoute:

"Il y a quelques années j'ai dit que je trouvais inquiétant que des centaines et des centaines d'adultes se pressent pour aller voir des personnages créés cinquante ans auparavant pour divertir des adolescents. C'était une manière de fuir la complexité du monde moderne et de revenir à une vision nostalgique de l'enfance. Cela semblait dangereux. C'était une manière d'infantiliser la population."

"Une négation de la réalité"

Alan Moore, qui a dénoncé les dérives autoritaristes de la démocratie dans des BD comme Watchmen, From Hell et V pour Vendetta, estime que le climat politique actuel est la conséquence de la popularité des super-héros:

"C'est peut-être une coïncidence, mais en 2016 quand les Américains ont élu une orange nazie [Donald Trump, NDLR] et que les Britanniques ont voté le Brexit, six des douze films les plus populaires étaient des films de super-héros. Je ne veux pas dire que l'un est la conséquence de l'autre, mais je pense qu'ils sont tous les deux des symptômes du même phénomène - une négation de la réalité et de l'urgence de trouver des solutions simples et sensationnelles."

Alan Moore, dont les œuvres s'adressent à un public adulte, révèle sans surprise ne plus regarder de films de super-héros: "Tous ces personnages ont été volés à leurs créateurs. Tous. Il y a une longue queue de fantômes derrière eux. Dans le cas des films Marvel, il y a Jack Kirby par exemple. Les super-héros ne m'intéressent pas. Ils ont été inventés à la fin des années 1930, et ils sont parfaits pour divertir les enfants. Mais si vous essayez de les ajuster au monde des adultes, je pense que ça devient un peu grotesque."

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV