BFMTV

Cible de critiques, Christine and the Queens répond: "Je n'ai pas plagié une chanson"

Heloise Letissier, aka Christine and The Queens

Heloise Letissier, aka Christine and The Queens - Astrid Stawiarz - Getty - AFP

Accusée d'avoir copié des boucles musicales d'un logiciel proposé par Apple, la chanteuse française a répondu très énervée à ses détracteurs, estimant être victime de sexisme.

Christine and the Queens doit-elle ses tubes au plagiat? C'est ce qu'affirment depuis plusieurs semaines de nombreux internautes, après que l'un d'eux a retrouvé des extraits de son single Damn, dis-moi dans un répertoire de boucles musicales d'un logiciel Apple. 

Sur les réseaux sociaux, on crie au scandale et la polémique est lancée. Sur Youtube, une vidéo compilant des Stories Instagram mettant en parallèle le morceau de la star, et ces fameuses boucles musicales, a déjà été visionnée plus de 70.000 fois.

Agacée, Christine and The Queens, Heloise Letissier de son vrai nom, a répondu dans L'Obs à l'occasion d'un entretien publié prochainement, et dont un premier extrait est disponible en ligne.

"Je n’ai pas plagié une chanson, ce que j’ai pris est libre de droit. 95% des raps d’aujourd’hui empruntent des chansons connues. Au moins trois morceaux de Rihanna sont bâtis à base de boucles issues de ces logiciels", explique-t-elle. "Je n’ai pas plagié, j’ai samplé une boucle libre de droits, sur laquelle j’ai ajouté des paroles, la mélodie de chant, les arrangements. C’est une technique de création comme une autre. Démocratiquement, je suis libre de prendre ce que je veux dans Logic pro. Quand Gainsbourg empruntait des mélodies à Chopin, est-ce que c’était du plagiat?"

"Parce que je suis une femme"

Questionnée sur le premier montage qui l'accusait, publié sur Facebook avant d'être supprimée, la chanteuse répond de rien avoir avec son retrait, et se dit victime de sexisme.

"Je n’ai pas demandé à ce qu’elle soit retirée, j’aurais pu la laisser sans souci. Je déplore qu’on en soit encore là en France. On se permet de douter que je puisse être auteur et producteur parce que je suis une femme."
N.B.