BFMTV

Madonna, furieuse contre un article que lui consacre le New York Times

Madonna le 1er mai 2017 à New York

Madonna le 1er mai 2017 à New York - Dimitrios Kambouris - Getty Images North America - AFP

La chanteuse fustige sur Instagram un article que le New York Times lui consacre et s'estime "violée".

Madonna est ravie des clichés que le photographe JR a pris d'elle pour illustrer un article paru dans le New York Times mercredi. En revanche elle n'est pas du tout satisfaite de l'article. La chanteuse l'a expliqué dans un message publié ce jeudi sur Instagram. "Dire que je suis déçue par l'article serait un euphémisme", commence-t-elle. 

La pop star qui a survécu à toute les modes estime que l'on ne peut "soigner cette société et son éternel besoin de diminuer, dénigrer et dégrader ce qu'elle sait être bon. Spécialement les femmes indépendantes."

"Je me sens violée"

Elle regrette ainsi que la journaliste à qui elle a donné accès "à un monde que peu ont l'occasion de voir", ait choisi de se concentrer sur "des détails triviaux et superficiels", et fasse des "commentaires sans fin" sur son âge, "ce qui n'aurait jamais été mentionné si j'avais été un homme", ajoute-t-elle, très remontée.

"Je me sens violée", indique encore la chanteuse, qui rappelle: "et oui, j'ai le droit d'utiliser cette comparaison, ayant été violée à l'âge de 19 ans". 

"C'est une nouvelle preuve que le vénérable NYT est l'un des père fondateurs du patriarcat. Et je dis MORT AU PATRIARCAT. Je n'arrêterai jamais de me battre pour l'éradiquer."

L'article du New York Times évoque pourtant Madonna comme "non seulement l'artiste féminine la mieux classée dans les charts, et la plus rentable de l'histoire, mais aussi l'artiste qui a changé les règles de la pop culture pour toujours". 

"Sans Madonna il n'y aurait pas eu Britney Spears et Lady Gaga"

Madonna sortira son quatorzième album studio vendredi 14 juin. L'occasion pour la star de se réinventer une nouvelle fois, avec un nouveau look, un nouvel univers, en s'entourant des jeunes artistes les plus en vue. 

La journaliste du New York Times trouve d'ailleurs "déprimant" de constater que "la jeune génération ne semble pas comprendre comment Madonna a utilisé sa volonté de fer pour forger un type particulier de pop star hyper autobiographique, hyper-autonome et hyper-sexualisée, qui est devenu le modèle dominant de la féminité à travers le monde." Elle ajoute "Sans Madonna il n'y aurait pas eu Britney Spears, Lady Gaga et peut-être même Janelle Monae." 

Magali Rangin