BFMTV

Justin Bieber poursuit ses frasques

Justin Bieber lors de la première du film "Justin Bieber's Believe", le 18 décembre 2013, à Los Angeles.

Justin Bieber lors de la première du film "Justin Bieber's Believe", le 18 décembre 2013, à Los Angeles. - -

Après avoir été arrêté pour conduite en état d'ivresse la semaine dernière, le chanteur canadien a été inculpé mercredi soir par la police canadienne pour coups et blessures volontaires.

Justin Bieber, déjà en proie à des démêlés judiciaires aux États-Unis, a été inculpé mercredi soir par la police canadienne de coups et blessures volontaires, pour sa participation présumée à l'agression d'un chauffeur, à la fin de l'année dernière.

Dans la nuit du 30 décembre, à la sortie d'une discothèque, une limousine prend en charge six personnes dont le chanteur, qui avait assisté un peu plus tôt à une rencontre de hockey. Sur le chemin de l'hôtel, "une altercation a éclaté entre un des passagers et le chauffeur de la limousine" qui a été "frappé derrière la tête à plusieurs reprises", ont expliqué les enquêteurs ce mercredi soir.

Le chauffeur stoppe alors son véhicule puis appelle la police, mais Justin Bieber, le responsable présumé des coups, a déjà filé à l'arrivée des forces de l'ordre. Auteur présumé des coups, le chanteur de 19 ans sera jugé le 10 mars au tribunal de Toronto.

Nouveau feuilleton judiciaire

Cette inculpation ajoute un nouvel épisode au feuilleton des déboires judiciaires de l’égérie des adolescentes.

Mardi, le chanteur apprenait qu'il devrait répondre le 14 février au tribunal de conduite en état d'ébriété et de résistance à son arrestation. Des chefs d'inculpation pour lesquels il plaide non coupable.

Il y a tout juste une semaine, il avait été interpellé à l'aube au volant d'une Lamborghini pour conduite dangereuse dans les rues de Miami, en état d'ébriété et sans pouvoir présenter un permis de conduire valide. Il se serait livré à un rodéo sauvage avec un jeune rappeur de Californie dans les rues de la métropole de Floride.

Mi-janvier, la police était appelée dans le quartier de Justin Bieber, en Californie, pour des actes de vandalisme sur une maison voisine. Son domicile avait fait l'objet d'une perquisition et une personne de son entourage avait été interpellée.

Excédés par ces débordements à répétition, des Américains ont demandé l'expulsion des États-Unis de Justin Bieber dans une pétition signée par plus de 100.000 personnes.

S. D. avec AFP