BFMTV

Jane Birkin: "Quand Kate est morte, je suis restée à la maison pendant un an sans bouger"

Jane Birkin au Jardin des Tuileries en juin 2015.

Jane Birkin au Jardin des Tuileries en juin 2015. - François Guillot / AFP

Alors qu'elle remontera prochainement sur scène au Théâtre du Rond-Point à Paris, l'artiste a accepté d'évoquer le drame qui l'a touché il y a bientôt deux ans, la disparition de sa fille, la photographe Kate Barry.

Le 7 décembre prochain, Jane Birkin remontera sur les planches à Paris. La comédienne et chanteuse sera à l'affiche de Gainsbourg, poète majeur au Théâtre du Rond-Point, une création autour des textes de son ancien compagnon, l'auteur et interprète Serge Gainsbourg, qu'elle a déjà joué avec succès à l'Odéon et un peu partout en France.

Pour cette dernière représentation dans la capitale française, Jane Birkin a annoncé que les bénéfices récoltés lors de cette soirée seront reversés à "La Maison de Kate", un centre créé par la fille de l'artiste pour venir en aide à aux personnes en post-cure toxicomanes et alcooliques. Kate Barry, fille de Jane Birkin et du compositeur anglais John Barry, est décédée le 11 décembre 2013 à Paris à l'âge de 46 ans. Un drame difficile à surmonter pour sa mère, mais que celle-ci a accepté d'évoquer avec pudeur au micro de RTL ce mercredi 25 novembre.

"Il faut continuer. Je sais pourquoi je suis là."

"Quand Kate est morte, je suis restée à la maison pendant un an sans bouger, sans bouger du tout, a confié Jane Birkin. Comme disait mon petit-fils Marlowe : 'Tu étais avec nous, mais tes yeux ne voyaient rien'. C'est vrai, alors je me suis dit que ça serait bien de faire quelque chose qui me mette près des gens"

"Il faut continuer. Je sais pourquoi je suis là et je m'en voudrais de ne pas être là si on peut physiquement le faire" poursuit l'artiste de 68 ans, même si la scène ne lui a pas toujours laissé que de bons souvenirs. Celle qui explique que "la musique n'a pas beaucoup de place en ce moment" dans sa vie, avoue: "J'ai eu tellement peur, la terreur de perdre sa voix, de rater une phrase, la terrible responsabilité des textes de Serge. (...) Cela me faisait vomir."