BFMTV

J.K. Rowling répond aux supporters de Trump qui veulent brûler ses livres

J.K. Rowling à la première des "Animaux Fantastiques" à New York en 2016

J.K. Rowling à la première des "Animaux Fantastiques" à New York en 2016 - Angela Weiss - AFP

Très en forme, l'auteur de Harry Potter réplique sur Twitter à ceux qui lui reprochent ses positions anti-Trump.

Les prises de position anti-Trump de J. K. Rowling, la maman de Harry Potter, lui valent de violentes attaques sur Twitter.

Certains fans du sorcier n'ont pas apprécié que l'auteur britannique critique le "Muslimban", le décret anti-immigration pris par le nouveau président des Etats-Unis la semaine dernière.

"Un binoclard qui transforme les gens en grenouille"

Mais J. K. Rowling a du répondant. Elle a publié sur son compte Twitter le message d'une personne promettant de brûler ses livres et ses films. Et commenté avec humour: "Eh bien les fumées des DVD risquent d'être toxiques et j'ai toujours votre argent, donc je vous prête mon briquet quand vous voulez".

A un autre, qui lui conseille de ne pas parler de politique, elle qui a "fondé toute sa carrière sur l'histoire d'un binoclard qui transforme les gens en grenouille", l'écrivaine rétorque que "dans un pays libre chacun peut parler de politique".

Très active sur Twitter, l'auteur de la saga Harry Potter a répondu aussi bien aux messages d'encouragement qu'à ses détracteurs les plus vindicatifs. Faisant allusion aux sept tomes de Harry Potter et au personnage de Voldemort, elle assène ainsi à une lectrice qui a, elle aussi, brûlé ses livres: "J'imagine que ce qu'on dit est vrai: on peut amener une fille à lire sur l'ascension et la chute d'un despote, mais on ne peut pas l'amener à réfléchir".

J. K. Rowling n'est pourtant pas spécialement désoeuvrée. La prolifique auteure a ainsi révélé fin décembre, toujours sur Twitter, qu'elle travaillait actuellement sur deux nouveaux romans, l'un sous son vrai nom et l'autre sous son pseudonyme désormais connu, Robert Galbraith.

Magali Rangin