BFMTV

Victor Lanoux n'était pas que "Louis la brocante"

Claude Brasseur, Jean Rochefort, Guy Bedos et Victor Lanoux dans "Un éléphant, ça trompe énormément".

Claude Brasseur, Jean Rochefort, Guy Bedos et Victor Lanoux dans "Un éléphant, ça trompe énormément". - Films A2

Victor Lanoux a longtemps incarné Louis la brocante, le héros de la série de France 3. Mais ce grand acteur populaire a aussi interprété plus de 40 rôles au cinéma, dans des registres très variés.

Plus de 15 ans dans la peau d'un personnage et vous y voilà associé définitivement. C'est un peu ce qui est arrivé à Victor Lanoux, qui est mort à l'âge de 80 ans, des suites d'un AVC. Son rôle dans la série de France 3 Louis la brocante lui colle à la peau. Au point d'occulter la carrière riche et longue du bonhomme et sa place dans le cinéma français. Car c'est oublier un peu vite que Victor Lanoux a été un grand acteur de comédies et de drames populaires dans les années 1970 et 1980, qui a tourné pour Claude Berri, Yves Robert ou Yves Boisset.

Pour beaucoup, Victor Lanoux reste avant tout Bouly, le personnage qu'il a incarné dans deux films d'Yves Robert: Un éléphant, ça trompe énormément en 1976, suivi de Nous irons tous au paradis en 1977. Dans la veine des films de Claude Sautet (Vincent, François, Paul et les autres), ces deux comédies dépeignent la relation de quatre amis quadragénaires à la vie amoureuse tumultueuse. Ils sont incarnés par Jean Rochefort, Claude Brasseur, Guy Bedos et Victor Lanoux, qui y joue, comme il fera souvent par la suite, un personnage un peu "beauf", séducteur, macho.

Il retrouvera Yves Robert, ainsi que Jean Rochefort, Guy Bedos et Claude Brasseur, pour Le bal des casse-pieds, en 1992.

Un moment d'égarement, La Carapate...

C'est cousin, cousine, chassé-croisé sentimental et familial de Jean-Charles Tachella qui le révèle au grand public en 1975. On y croise aussi Marie-Christine Barreau, Marie-France Pisier et Guy Marchand.

On le retrouve en 1976 au côté de Romy Schneider et Philippe Noiret dans Une femme à sa fenêtre, de Pierre Granier-Deferre, dans un rôle romantique, celui d'un militant communiste en 1936, qui tombe amoureux de la femme d'un industriel.

Victor Lanoux et Jean-Pierre Marielle, campent en 1977 dans un Moment d'égarement de Claude Berri un duo de quadra à la moustache conquérante. Bien avant qu'un Vincent Cassel glabre ne s'empare du rôle en 2014, Jean-Pierre Marielle séduit la fille de Victor Lanoux, jouée par la toute jeune Agnès Soral. Lanoux, en père ulcéré et un brin sanguin, recherche celui qui a défloré sa fille.

"Ça ne m’a jamais gêné que l’on m’écrive des rôles de personnages difficiles d’accès, bougons, parce que, quelque part, ça m’arrange. Comme ça, on m’emmerde moins", disait-il lors d'une interview. Il a ainsi pu cacher sa grande sensibilité derrière une longue liste de personnages bourrus ou grossiers.

La carrière de Victor Lanoux est aussi peuplée de quelques comédies, comme La Carapate, de Gérard Oury. Il y retrouve Pierre Richard, son complice des débuts au cabaret dans les années 1960, lorsque tous deux jouaient des sketch. Pierre Richard l'a également fait tourner dans son film Je sais rien mais je dirai tout une jolie séquence à la Charlie Chaplin.

Mais il ne faut pas oublier les nombreux autres rôles plus graves, plus violents aussi que Victor Lanoux a joués. Comme celui de l'ex-para de la guerre d'Algérie qui entraîne dans une "ratonnade" des campeurs en mal de vengeance dans Dupont Lajoie de Yves Boisset, en 1975. Un film très glauque sur le racisme ordinaire, avec Jean Carmet.

Victor Lanoux retrouve Yves Boisset et Jean Carmet en 1984, dans Canicule (Dog Day en anglais). Un thriller au casting improbable en pleine Beauce avec Miou-Miou et Lee Marvin, scénarisé par Michel Audiard.

Sa filmographie comporte enfin quelques rôles de flics et de voyous, comme en 1980 dans Retour en force, de Jean-Marie Poiré, dans lequel il joue un ex-taulard auteur d'un casse. Ou La revanche, de Pierre Lary et Une sale affaire de Alain Bonnot, en 1981, dans lesquels il est un commissaire.

Magali Rangin