BFMTV

Mortal Engines: le retour de Peter Jackson

Détail de l'affiche de Mortal Engines

Détail de l'affiche de Mortal Engines - Copyright Universal Pictures International France

Quatre ans après le succès en demi-teinte du Hobbit, le réalisateur néo-zélandais produit le blockbuster Mortal Engines, qui sort ce mercredi 12 décembre.

Peter Jackson, le célèbre réalisateur des trilogies du Seigneur des Anneaux, sort de la Comté. Quatre ans après le succès en demi-teinte du Hobbit, le réalisateur néo-zélandais produit le blockbuster Mortal Engines, qui sort ce mercredi 12 décembre.

Adapté du roman Mécaniques fatales, ce film se déroule des centaines d’années après la destruction de notre civilisation par un événement apocalyptique. Une jeune femme, Hester Shaw, est la seule capable d'empêcher Londres, devenue une gigantesque cité prédatrice, de dévorer les autres villes. 

Mortal Engines est réalisé par Christian Rivers, fidèle complice de Peter Jackson avec qui il a travaillé sur les adaptations de Tolkien et son remake de King Kong.

"Christian travaille avec nous depuis 25 ans. Il a commencé par dessiner nos storyboards. Puis sur le Hobbit, il a dirigé pas mal de scènes de seconde équipe. Il a géré des scènes compliquées comme celle de la rivière avec les nains fuyant dans des barils", a expliqué Peter Jackson au site FilmsActu. "Il se préparait pour son premier film et comme je ne voulais pas que quelqu’un d’autre s’occupe de Mortal Engines, je le lui ai proposé. Il était normal qu’on l’aide à réaliser son premier film."

Tintin et des films d'horreur fauché

Depuis Le Hobbit, Peter Jackson n'a pas été inactif. Outre Mortal Engines, il a réalisé le documentaire They Shall Not Grow Old, consacré aux soldats de la Première Guerre mondiale. Il y parle notamment de son arrière-grand-père et de son arrière grand-oncle, morts en Flandres. Diffusé en Grande-Bretagne en novembre, le long-métrage reste inédit en France. 

Producteur du Tintin de Steven Spielberg en 2011, Peter Jackson a indiqué au JDD qu'il travaillait toujours sur la suite: "Cela pourrait arriver. Mais aucune date n’est calée pour le moment. Il faut d’abord écrire le scénario, puis assurer la partie laborieuse: il s’agit d’un film d’animation en performance capture. C’est un boulot d’au moins trois ans."

Pour l'heure, le cinéaste s'est attelé à la remastérisation 4K de ses premiers films Bad Taste (1987), Les Feebles (1989) et Braindead (1992). Mêlant comédie potache, mauvais goût et hémoglobine, ces œuvres de jeunesse sont désormais considérées comme des films cultes.

Jérôme Lachasse