BFMTV

Franck Gastambide dévoile une première image explosive du tournage de Taxi 5

"Taxi 5" avec Malik Bentalha et Franck Gastambide -

"Taxi 5" avec Malik Bentalha et Franck Gastambide - - EuropaCorp

Le réalisateur du prochain volet de la saga Taxi a démarré le tournage du film dans les rues de Marseille, partageant sur les réseaux sociaux quelques images du tournage.

Il faudra patienter jusqu'au 11 avril 2018 pour retrouver la franchise Taxi dans les salles obscures. Alors pour faire patienter les fans de la saga, Franck Gastambide, à qui Luc Besson a confié la réalisation de ce cinquième volet, a décidé de partager régulièrement quelques images du tournage qui vient de commencer dans la cité phocéenne.

A l'instar des quatre précédents opus, Taxi 5 promet à nouveau des scènes d'action et des courses-poursuites musclées. Et ce n'est pas la photo postée ce 8 août sur les réseaux sociaux par Franck Gastambide qui viendra démentir les faits. Le réalisateur a en effet partagé un cliché d'une scène du film tournée à Marseille dans laquelle une voiture explose avant de s'enflammer pour décoller dans les airs. "Pour ceux qui en doutent... Taxi 5 va être explosif!", s'est amusé à commenter Franck Gastambide.

Si peu d'information ont filtré sur ce Taxi 5, toujours produit par EuropaCorp, on sait toutefois que le film reposera sur le duo formé à l'écran par Franck Gastambide et Malik Bentalha. Et si la présence du binôme Samy Nacéri/Frédéric Diefenthal n'est pas assuré, on sait toutefois qu'un personnage phare de la franchise sera bel et bien de la partie. Le comédien Bernard Farcy, qui incarne le célèbre commissaire Gibert, a été aperçu sur le tournage. Photos à l'appui, de nombreux internautes n'ont pas manqué de relayer l'information sur les réseaux sociaux.

En réalisant ce Taxi 5, Franck Gastambide confiait à Première vivre "un rêve d'ado" et tenait à rassurer les inconditionnels de la saga: "Je suis un fan de la franchise, je veux respecter les codes de Taxi et faire de ce cinquième volet un film dans l'air du temps."

Fabien Morin