BFMTV

La montée des marches à Cannes quand on n'est pas une star de cinéma

Montée des marches du Palais des Festivals à Cannes.

Montée des marches du Palais des Festivals à Cannes. - CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP

Monter les marches du Festival de Cannes est un passage obligatoire pour les stars venues faire un tour sur la Croisette. Toutefois, cet honneur ne leur est pas réservé. Sur invitation, n'importe qui peut, à son tour, fouler le tapis rouge. Mais lorsqu'on est inconnu au bataillon, le glamour est-il au rendez-vous ?

Le crépitement des flashs, les longues robes qui se trainent sur le tapis rouge, les hôtes qui vous accueillent en smoking ajusté... La montée des marches, ultime rendez-vous glamour du Festival de Cannes, en fait rêver plus d'un. Vous n'êtes pas une star ni un professionnel du cinéma ? Il vous suffit de vous dégoter une invitation et une tenue de soirée pour tenter, à votre tour, de vivre votre quart d'heure de gloire. Ou presque. 

Une montée raccourcie 

Ce soir, le nouveau film des studios Pixar et Disney, Inside Out (Vice Versa), est projeté hors compétition. Sur le red carpet, Charlotte Le Bon, Pierre Niney, Gilles Lelouche ou encore Amy Poehler sont attendus. Mais vous, le "nobody", ne les apercevrez pas, si ce n'est sur l'écran géant installé dans la salle du Grand Théâtre Lumière où va être présenté le film. Car si vous n'êtes personne, votre montée des marches se fait bien avant celle des célébrités.

Histoire d'être bien placé, il vous faudra d'abord faire la queue près d'une heure dans une file qui n'a rien à envier à celles des parcs d'attraction. Sur le carton, le message est formel : pour le festivalier lambda, l'accès aux marches est interdit après 18h35. "C'est pour laisser la place aux gens importants ça", explique un homme dans la file avant d'ajouter en ricanant : "Ils veulent pas qu'on se mélange, ça risquerait de gâcher leurs photos".

Vous souhaitiez débarquer en limousine sur la Croisette ? Oubliez. L'entrée sur le tapis rouge se fait en rang d'oignon, sur le côté, par un passage dégagé entre deux barrières. Si vous aviez préparé une démarche chaloupée et un regard de conquérant afin de franchir la foule de photographes, c'est fichu. Le tapis rouge, vous n'en foulerez qu'un quart, bien loin des fans en délire et des télé-objectifs.

Une course contre la montre 

Une fois arrivé, votre temps de présence est limité. S'arrêter pour jeter un œil alentours et apprécier la vue ? Impossible. Ralentir pour prendre une photo ? Interdit. Histoire de s'assurer que vous ne vous éternisez pas, des vigiles en nœud papillon vous intimeront poliment mais fermement de vous diriger vers l'entrée du Palais des Festivals. De quoi vexer deux jeunes femmes, sommées de continuer leur route alors qu'elles s'apprêtaient à immortaliser le moment avec leur smartphone. "C'était trop court" se plaint l'une d'elle au moment de passer la sécurité. 

A peine le temps de dire ouf et de prendre un selfie (toujours aussi populaire à Cannes, malgré les réprimandes de Thierry Frémaux) que vous voilà déjà à l'intérieur en train de faire biper votre ticket. Votre montée des marches aura duré en tout et pour tout quinze secondes. Vingt, si vous êtes en talons aiguilles. Le quart d'heure de gloire, ce sera pour la prochaine fois.

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV