BFMTV

Festival de Cannes : Qui sont ces gens prêts à tout pour assister à une projection ?

Chaque jour à Cannes, ils sont une centaine à attendre, afin d'assister à une projection.

Chaque jour à Cannes, ils sont une centaine à attendre, afin d'assister à une projection. - Nawal Bonnefoy

Au bas des célèbres vingt-quatre marches du Palais des Festivals de Cannes, pas de pitié pour ceux qui ne possèdent pas une invitation. Bien que nominatives et incessibles, ces dernières font l'objet de hautes convoitises et se retrouvent au sein d'une quête qui n'a rien à envier à celle d'Indiana Jones.

Leur regard est à l’affut, leur souffle court et leurs mains, elles, serrent fermement une feuille de papier sur laquelle on devine un nom de film griffonné au marqueur noir. Eux, ce sont les chasseurs d'invitations. Des cinéphiles prêts à tout pour assister à la projection d'un film sélectionné au Festival de Cannes. Chaque jour, ils sont une centaine à tenter leur chance afin de récupérer le précieux carton orné d'une palme. Et pour réussir, tous les moyens sont bons : compliments, sourires XXL, déguisements, cartons géants, hurlements...

-
- © Magali Rangin

De la chance et de la patience

Majid, 22 ans, est Américain. C'est le premier Festival de Cannes de cet étudiant en business du cinéma à l'Université de Columbia et pour l'instant, il s'estime chanceux. Ce matin, il espère arriver à aller voir Sea Of Trees. "Ca marche bien avec un peu de chance et beaucoup de patience", assure-t-il, confiant. Hier, il a décroché le Graal en l'espace de 15 minutes et a ainsi pu assister à la projection de The Lobster. La veille, moins expérimenté, il avait attendu deux heures pour Mad Max.

Majid cherche une invitation pour Sea Of Trees.
Majid cherche une invitation pour Sea Of Trees. © Nawal Bonnefoy

Pour Xavier, un chauffeur routier de 24 ans qui a dégainé son smoking et son noeud pap', "ça marche presque à tous les coups". Il s'est pris au jeu l'année dernière et a déjà développé sa propre technique : attendre à la sortie des premières projections, réservées exclusivement aux journalistes accrédités. Aujourd'hui encore, sa méthode a payé, puisqu'il s'est dégoté une invitation pour le long-métrage de Gus Van Sant en l'espace de quinze minutes.

Xavier a trouvé un carton en seulement quinze minutes
Xavier a trouvé un carton en seulement quinze minutes © Nawal Bonnefoy

Une course contre la montre

Sabine, elle, a fait tout le trajet depuis Genève. "Je fais ça par passion pour le cinéma" explique cette fonctionnaire qui pose ses valises sur la Côte d'Azur depuis déjà six ans. "C'était plus facile il y a quelques années, parce qu'il y avait moins de monde", ajoute-t-elle. Mais malgré la concurrence, cette quadragénaire a réussi à obtenir deux précieuses invitations, pour The Lobster et Irrational Man. "En général, j'attends entre une heure et deux heures. Mais en vérité, tout se joue dans la dernière heure", confie-t-elle, grande connaisseuse.

Sabine vient au Festival de Cannes depuis six ans
Sabine vient au Festival de Cannes depuis six ans © Nawal Bonnefoy

Des propos appuyés par l'un des vigiles du Palais, qui suit ce petit manège d'un oeil presque amusé. "Le plus souvent, les gens offrent leur invitation à la dernière minute, gratuitement, parce que si elle n'est pas utilisée, l'organisation du Festival leur en donne moins l'année suivante ou pire, ne leur en donne plus du tout", raconte-t-il. Il se dit "habitué à ce petit trafic", qui ne semble nullement le déranger. "Moi, je m'en fiche. Qu'ils aillent les voir, leurs films. Ca sert à ça, le Festival..."

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV