BFMTV

Chez nous, le film sur le FN fait polémique au sein du parti

"Chez nous" sortira le 22 février 2017

"Chez nous" sortira le 22 février 2017 - Synecdoche Artémis Productions

Le film du réalisateur belge Lucas Belvaux, sur les coulisses du Front national, fait tiquer les élus du parti, choqués de sa sortie à proximité de l'élection présidentielle.

La bande annonce de Chez nous, sur les coulisses du Front national ne passe pas au sein du parti. Florian Philippot, vice-président du FN, a ainsi jugé dimanche "scandaleux" et "inadmissible" la sortie "deux mois avant l'élection" présidentielle du film de Lucas Belvaux critique très ouverte du parti de Marine Le Pen.

"D'après la bande-annonce que j'ai vue (...), ça a l'air d'être un joli navet, mais, au-delà de la qualité du film, je trouve ça proprement scandaleux qu'en pleine campagne présidentielle, je crois précisément à deux mois du vote - ce sera le 22 février qu'il sortira -, on sorte dans les salles françaises un film qui est clairement anti-Front national", a déclaré Florian Philippot, invité du Grand Rendez-vous iTELE/Europe1/Les Echos.

Il a proposé de "mettre le budget de ce film sur les comptes de campagne de nos adversaires".

"Décence républicaine"

Convaincu que le réalisateur belge Lucas Belvaux "n'agit pas tout à fait seul" en choisissant une sortie aussi proche de l'échéance électorale, il a assuré ne vouloir "rien interdire" mais a réclamé "qu'on ait quand même un minimum de décence républicaine, de respect de la démocratie".

Concernant la comédienne Catherine Jacob, qui incarne un personnage très voisin de Marine Le Pen, il a estimé que de sa part, ce film était "un petit service rendu au système".

"Pot à tabac"

Interrogé sur le tweet de Steeve Briois parlant de la comédienne comme d'un "pot à tabac", Florian Philippot a refusé de "commenter" en assurant ne pas lui-même vouloir aller "sur ce terrain-là". "On a beaucoup de choses à dire, je ne juge jamais du physique des gens", a-t-il expliqué.

Lucas Belvaux assure pour sa part que Chez nous "n'est pas un film militant". "Ce n'est pas tant un film anti-FN qu'un film sur le discours populiste", a également déclaré sur RMC le réalisateur. Il s'est d'ailleurs amusé de cette polémique: "Philippot n'a vu que la bande-annonce, donc c'est une polémique à peu de prix qui évite le débat sur le fond du film. C'est un peu simple. On ne parle pas du fond".

la rédaction avec AFP