BFMTV

Banksy ouvre l'hôtel avec "la pire vue du monde", à l'ombre du mur en Cisjordanie

Ses chambres, au nombre de quatre dont une suite présidentielle, donnent en effet directement sur le fameux mur, l'une des matérialisations les plus emblématiques d'un conflit vieux de presque 70 ans. 

Ses chambres, au nombre de quatre dont une suite présidentielle, donnent en effet directement sur le fameux mur, l'une des matérialisations les plus emblématiques d'un conflit vieux de presque 70 ans.  - AHMAD AL-KHALILI / ANADOLU AGENCY

Oeuvre d'art mais pas que, l'hôtel Walled-Off, situé en plein cœur de Bethléem, devrait bientôt accueillir ses premiers visiteurs

Le mystérieux artiste de rue britannique Banksy a révélé vendredi à Bethléem sa nouvelle création. Situé dans les Territoires palestiniens, l'hôtel Walled-Off jouxte le mur de sécurité construit par Israël. 

Dans un communiqué, Banksy décrit l'hôtel comme un établissement de trois étages, qui a l'aspect d'un "club de gentlemen anglais de l'époque coloniale". Mais si le Walled-Off est particulier, c'est surtout parce qu'il offre, selon les dires de l'artiste lui-même, "la pire vue du monde". 

Ses chambres, au nombre de quatre dont une suite présidentielle, donnent en effet directement sur le fameux mur, l'une des matérialisations les plus emblématiques d'un conflit vieux de presque 70 ans. Le nom de l'établissement joue d'ailleurs sur le nom d'une chaîne d'hôtels de luxe et l'expression "walled off", "coupé par le mur" en anglais.

000_MA79G.jpg
000_MA79G.jpg © -

Réservations ouvertes le 11 mars

Ce projet est à l'image de toute l'œuvre de Banksy, qui transfigure poétiquement la réalité. Des porte-paroles de l'artiste soulignent cependant que l'hôtel n'est pas seulement une œuvre d'art, mais que ses chambres sont appelées à être louées ultérieurement. Le site officiel de l'hôtel indique que les réservations seront ouvertes à compter du 11 mars.

"Walled-Off" est la dernière en date des réalisations de Banksy dans les Territoires palestiniens. En 2015, il était entré secrètement dans la bande de Gaza pour peindre trois œuvres sur les murs du territoire dévasté l'année précédente par la troisième guerre en six ans entre le mouvement palestinien Hamas et Israël.

Claire Rodineau avec AFP