BFMTV

Accusé d'agressions sexuelles, Bill Cosby face à la justice

Bill Cosby est âgé de 79 ans.

Bill Cosby est âgé de 79 ans. - Don Emmert - AFP

L'acteur américain, âgé de 79 ans, a été inculpé en décembre 2015, après qu'une cinquantaine de femmes l'ont accusé d'agressions sexuelles. Seul un des témoignages n'est pas prescrit.

La petite ville de Norristown, dans la banlieue de Philadelphie, va servir à partir de ce lundi de théâtre pour l'une des affaires mêlant justice et showbizz qui a le plus bouleversé les Etats-Unis ces dernières années. Le procès de la légende de la télévision américaine, Bill Cosby, est jugé pour agressions sexuelles. Une audience qui se déroulera sous les feux des caméras alors qu'une centaine de journalistes a été accréditée.

L'ancien héros de l'Amérique en général, et de la communauté noire en particulier, a été inculpé en décembre 2015. Parmi la cinquantaine de femmes incriminant l'acteur aujourd'hui âgé de 79 ans, figure Andrea Constand. Elle sera le personnage central de ce procès car seul son témoignage n'est pas prescrit pénalement.

Alcool et pilules

Cette Canadienne de 44 ans, responsable administrative au sein de l'université de Temple à l'époque des faits, début 2004, accuse Bill Cosby de l'avoir été agressée sexuellement lors d'une visite au domicile de l'acteur, dans la banlieue de Philadelphie. Pour parvenir à ses fins, l'humoriste l'aurait incitée à boire du vin et à ingérer des pilules. Le mélange l'aurait rendue, selon elle, incapable de se défendre.

Lors d'une procédure civile en 2005, l'acteur américain avait reconnu avoir donné de l'alcool et des pilules à cette femme, sans lui dire ce qu'elles contenaient. Il s'était ensuite livré à des attouchements mais pour lui, il s'agissait d'une relation consentie. Bill Cosby avait insisté sur le fait qu'Andreas Constand n'avait jamais manifesté sa désapprobation. 

Un autre témoignage

Au terme de ce procès, l'acteur américain encourt une peine minimale de dix ans de prison. Mais en l'absence de témoin et d'élément matériel, tout est désormais suspendu au témoignage de son accusatrice. Lors des audiences préliminaires et dans les pièces qu'ils ont versées au dossier, les avocats de la défense ont laissé entrevoir qu'ils allaient tenté de décrédibiliser la quadragénaire, soulignant d'ores et déjà des incohérences et des omissions.

Après avoir assuré n'avoir jamais été seule avec lui avant ou après les faits, Andreas Constand a ainsi admis, dans un second temps, avoir vu Bill Cosby plusieurs fois, chez lui notamment. En octobre 2006, elle avait d'ailleurs conclu un accord amiable avec son agresseur présumé dans le cadre de la procédure civile.

A l'appui du témoignage de l'accusatrice, le juge Steven O'Neill a accepté que soit appelée à la barre une autre victime présumée de Bill Cosby, qui affirme avoir été agressée dans des conditions similaires en 1996. Son nom n'a pas été rendu public. L'accusation avait espéré pouvoir en appeler d'autres, mais le juge a refusé.

J.C. avec AFP