BFM Paris

Saint-Denis: le personnel du collège Elsa Triolet fait valoir son droit de retrait

Le collège Elsa-Triolet à Saint-Denis.

Le collège Elsa-Triolet à Saint-Denis. - Google Street View

Ils réclament une campagne massive de dépistage, le passage à l'organisation des classes en demi-groupe et un temps de concertation pour organiser la continuité pédagogique.

Trop, c'est trop pour les personnels du collège Elsa Triolet de Saint-Denis. Ce lundi matin, ils ont fait valoir leur droit de retrait en raison de la situation sanitaire. Dans un communiqué, les enseignants évoquent la fermeture de six classes, "22 personnels absents, dont des cas positifs et des cas contacts en éviction".

"Accueillir les élèves en classe entière est une mise en danger"

Alors que les cas de Covid-19 s'envolent dans le territoire, le personnel mobilisé met en garde.

"Accueillir les élèves en classe entière est une mise en danger des personnels, des élèves et de leur famille", détaille le personnel de l'établissement.

Pour le personnel mobilisé, les mesures sanitaires de leur établissement sont insuffisantes. "En dehors des gestes barrières, se laver les mains et aérer, on n'a pas de vraies mesures pour empêcher la propagation du virus".

Ils réclament ainsi, avec les parents d'élèves, une campagne massive de dépistage, le passage à l'organisation des classes en demi-groupe et un temps de concertation pour organiser la continuité pédagogique.

La fermeture "immédiate" des écoles réclamée

Les personnels du collège Elsa-Triolet ne sont pas les premiers à exercer leur droit de retrait en Seine-Saint-Denis. Depuis mardi dernier, les enseignants du lycée Eugène-Delacroix à Drancy l'ont également fait. En cause, 22 classes fermées, une trentaine d'élvèes et une dizaine de membres du personnels positifs au Covid-19.

Avec un taux d'incidence supérieur à 780 pour 100.000 habitants, la Seine-Saint-Denis subit de plein fouet la troisième vague.

Déplorant que l'exécutif "ne semble pas prendre la mesure des choses ni les décisions à la hauteur de la situation" pour la scolarisation des élèves, le président de l'UDI et député de Seine-Saint-Denis, Jean-Christophe Lagarde a écrit à Emmanuel Macron.

Il réclame "la fermeture immédiate des écoles, collèges et lycées" de son département. Pour lui, les tests salivaires réalisés dans les établissements scolaires démontrent "une circulation très active du virus" chez les élèves et les adultes qui travaillent dans les établissements scolaires, "sans doute plus active que dans le reste de la population".

Solenne Bertrand