BFM Paris

Rixe à l'île de loisirs d'Étampes: des drones bientôt déployés pour renforcer la sécurité du site

Après la bagarre générale entre jeunes survenue vendredi dernier au sein de l'Ile de loisirs d'Étampes, la région Île-de-France a annoncé plusieurs mesures pour éviter d'autres débordements.

La région Île-de-France hausse le ton. Quelques jours après une rixe impliquant une centaine de jeunes vendredi dernier au sein de l'île de loisirs d'Étampes, et dont les images ont été vues des milliers de fois sur internet, la Région a annoncé des mesures afin de renforcer la sécurité du site.

“Sur cette île-là, nous allons mettre des drones avec haut-parleurs. Ça permettra d’anticiper les problèmes et être dissuasif", indique ce lundi Patrick Karam, vice-président du conseil régional d'Île-de-France, chargé de la jeunesse, des sports et de la vie associative au micro d’RMC. "Il nous faut aujourd’hui des maîtres-chiens, plus de sécurité et un accord un peu plus étroit avec les forces de police”, a-t-il ajouté.

Outre ces mesures, un renforcement de la vidéo-protection est également prévu. Mais en plus de cela, la Région réclame également des renforts au ministre de l’Intérieur.

"Nous voulons qu’il mette en place un dispositif particulier pour nos îles de loisirs, à l’image de ce qui est fait sur les stations balnéaires", insiste Patrick Karam. "Sur ces dernières, quand il y a un afflux de personnes, il y a des policiers, des gendarmes à demeure: nous voulons la même chose."

Bientôt un fichier des "interdits" de bases de loisirs?

Pour éviter d’autres débordements, la Région souhaite également pouvoir lister les fauteurs de troubles et leur interdire l’accès aux bases de loisirs.

"Nous voulons que l’État nous autorise à créer un fichier des interdits d’îles de loisirs, pour que quelqu’un qui a commis un acte de violence sur un site ne puisse y revenir. Nous avons des interdits de stade, alors pourquoi pas des interdits d’îles de loisirs", a plaidé Patrick Karam, toujours à l’antenne d’RMC, ce lundi matin.

Une méthode que Gérard Hébert, le directeur de l’île d’Étampes, juge efficace. Selon lui, elle doit cependant être utilisée raisonnablement:

"Je pars du principe que s’ils viennent sur la base de loisirs, c’est peut-être parce qu’ils n’ont pas les moyens d’aller à Saint-Tropez ou à Deauville. Moi je veux continuer à les accueillir, et je tiens à la vocation sociale de cette base", précise-t-il sur BFM Paris.

Une plainte déposée et une enquête ouverte

Après la rixe de vendredi dernier, au cours de laquelle une centaine de jeunes de bandes rivales en sont venus aux mains au milieu de familles, la Région a décidé de porter plainte. La présidente d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, a elle-même dénoncé des "violences inacceptables".

Une enquête est ouverte pour retrouver les participants, sur la base des images de vidéo-surveillance.

Jérémy Losio Journaliste BFMTV