BFM Paris

Paris: une association porte plainte contre la mairie après la mort de cygnes au canal de l'Ourcq

Un cygne (illustration).

Un cygne (illustration). - -

Paris Animaux Zoopolis estime que la responsabilité de la Ville est engagée dans la mort des animaux, puisqu'elle aurait failli à son rôle de les protéger.

"La Ville de Paris ne se donne pas les moyens pour protéger les animaux liminaires. PAZ se battra pour que cela change." Paris Animaux Zoopolis (PAZ) a annoncé lundi dans un communiqué avoir déposé plainte contre la mairie. En cause: la découverte du corps de deux cygneaux dans le 19e arrondissement, dont l'association impute la responsabilité à la Ville.

Le premier cygneau a été retrouvé mort le 17 octobre, relève l'association. Soit trois jours après que la mairie a retiré la barrière de sécurité, visant à protéger la couvée d'Odette, et réduit l'espace dédié aux cygnes, explique-t-elle. "Une perturbation, dégradation et altération de l'aire de repos des cygnes", selon l'association.

"La Brigade fluviale avait jeté le corps aux ordures. Aucune autopsie n'avait été réalisée", regrette-t-elle.

"Le sujet a subi un traumatisme très important"

Le corps d'un deuxième cygneau a été retrouvé le 25 octobre dans le canal de l'Ourcq, cette fois par des membres de Paris Animaux Zoopolis. L'association assure avoir demandé une autopsie, laquelle révèle que "le sujet a subi un traumatisme très important (choc violent) suivi d'une hémorragie interne qui a entrainé la mort du sujet". Elle émet plusieurs théories: celle d'un accident avec une voiture ou un bateau, jugées peu probables, ou celle d'un "acte malveillant volontaire". C'est pourquoi elle a également porté plainte contre X pour "sévices graves" et "acte de cruauté envers un animal".

"Malgré nos demandes répétées, la mairie de Paris a fait le choix, en toute connaissance de cause, de retirer la barrière de sécurité pendant plusieurs jours et de poser du grillage sur les 3/4 du radeau végétalisé, écrit l'association. Nous estimons que ces actes sont contraires à la loi."

Paris Animaux Zoopolis appelle la mairie à revenir sur sa décision et à "tout mettre en œuvre pour que les animaux liminaires ne souffrent pas à Paris".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions