BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Paris: les terrasses éphémères bientôt de retour, avec un nouveau règlement

Les extensions réinvestiront les rues de la capitale à compter du 1er avril et pour une durée de sept mois. Mais elles devraient être bien moins nombreuses que l'an passé.

Elles sont synonymes du retour des beaux jours. Les extensions de terrasses -aussi connues sous le nom de terrasses éphémères ou estivales- réinvestiront les rues de Paris à compter du 1er avril, mais avec un règlement mis à jour par la mairie de la capitale après une phase de concertation.

Comme l'an passé et comme en 2020, vous les retrouverez sur les places de stationnement, les trottoirs voire même sur des terre-pleins, des placettes ou encore dans des rues temporairement piétonnisées. Les terrasses pourront également s'étendre face aux immeubles mitoyens ou encore devant les commerces qui auront donné leur autorisation. Les restaurateurs pourront en profiter, de même que les commerces culturels et les hôtels.

De 12.000 à 4000?

Interdiction en revanche d'installer son extension sur une place de stationnement réservée aux personnes handicapées, aux taxis, aux deux-roues, sur les emplacements dédiés aux vélos et aux trottinettes et sur les places de livraison. De quoi faire chuter, selon l'Umih, le nombre de terrasses éphémères de 12.000 l'an dernier à 4000 cette année.

En 2021, "nous avions un accord pour déplacer ces places de livraison, tout ça aux frais du restaurateur, rappelle Franck Delvau, président de la branche francilienne du syndicat. Or, il se trouve que la plupart des mairies d'arrondissement refusent, ce qui va mettre en péril l'exploitation de nombreux établissements."

Interrogés par BFM Paris, différents restaurateurs regrettent d'avoir vu leur demande retoquée. D'autres ont pu obtenir une surface, mais de taille inférieure à celle de l'an passé.

Fermeture à 22 heures

Pour réduire les risques de nuisances sonores pour le voisinage, les terrasses éphémères devront fermer à 22 heures. Les agents de la nouvelle police municipale auront notamment l'objectif de faire respecter ce règlement.

Si les extensions devraient permettre aux restaurateurs de gonfler leur chiffre d'affaires, ils devront cependant s'acquitter d'une taxe pour occupation de l'espace public, calculée en fonction du prix au mètre carré et de l'attractivité du quartier. Un outil permet de simuler ce coût sur le site de la mairie de Paris.

La plus belle terrasse récompensée

Nouveauté cette année, les terrasses devront respecter des critères esthétiques fixés par la municipalité. Il sera par exemple possible d'installer des parasols, des parapluies ou des stores double pente. Mais les bâches, les toits, les barnums et les bois de palettes seront prohibés. En outre, conformément à la loi Climat, il sera interdit d'équiper les terrasses de chauffage.

Les établissements sont enfin invités à végétaliser leur extension. Un concours sera organisé pour récompenser la plus belle d'entre elles.

Les restaurateurs et commerçants du monde culturel pourront profiter de leurs terrasses et étals en extérieur pendant sept mois. Ils devront être retirés le 31 octobre.

Djena Tsimba avec Florian Bouhot