BFM Paris

Paris: le groupe Kering épinglé par la mairie pour une campagne d'affichage sauvage

L'adjointe Colombe Brossel a épinglé une campagne d'affichage sauvage de la marque Courrèges.

L'adjointe Colombe Brossel a épinglé une campagne d'affichage sauvage de la marque Courrèges. - Capture d'écran Twitter

L'adjointe à la propreté a fait part de son mécontentement mardi après le collage illégal pour la marque Courrège sur un mur de Paris. Cette campagne de publicité sauvage était même gardée par un vigile.

"Inadmissible". Colombe Brossel, adjointe en charge de la propreté, s'en est pris mardi à la dernière campagne de publicité sauvage de Courrèges. La marque avait fait inscrire en grand le mot "courage" sur un mur blanc du 10e arrondissement.

L'enseigne appartenant au groupe de luxe Kering "s'est octroyée le droit de dégrader nos murs en toute illégalité", a déploré Colombe Brossel sur Twitter.

"Non content de procéder à cet affichage illégal, le groupe de luxe Kering faisait gardienner le mur par un vigile...", a poursuivi l'élue, qui évoque de "vraies méthodes de voyous".

L'ensemble de l'inscription a été nettoyée dans l'après-midi, mardi, par des agents de la ville.

"Verbaliser mieux et plus"

Dans la foulée de ces messages, Colombe Brossel a rappelé les actions engagées par la mairie de Paris contre les campagnes de publicité sauvages.

L'élue veut notamment "verbaliser mieux et plus" en multipliant notamment "les constats pour recouvrement d'affiche". Elle demande également "une augmentation de l'amende de flagrant délit", aujourd'hui à 68 euros.

L'adjointe à la propreté affirme par ailleurs que la ville a saisi le préfet "pour engager des amendes administratives", tandis que les moyens alloués aux agents de la propreté de Paris et aux prestataires vont être augmenter en 2021 "pour enlever les graffitis et les stickers".

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions