BFMTV

Paris va simuler une "crue du siècle" de la Seine en mars

La crue centennale menace Paris. Tout le problème est de savoir quand elle surviendra. En attendant, la capitale s'y prépare et mènera un grand exercice pour se préparer à cette catastrophe annoncée.

Sept semaines. C'est le temps qu'avait duré la paralysie de Paris en 1910. Après une crue hors norme de la Seine, la ville noyée sous les eaux avait mis des mois à se remettre de dégâts considérables. La prochaine crue centennale, la fameuse qui revient tous les cent ans? Paris et l'Ile-de-France l'attendent. De pied ferme et, pour l'instant, au sec. Du 7 au 18 mars, dans le cadre du grand exercice EU Sequana 2016, organisé par la préfecture de police de Paris.

Avec le soutien de l'Union européenne, cette "simulation" mobilisera 900 sauveteurs (venus d’Italie, d’Espagne, de Belgique et de République tchèque) sur cinq départements, précise Le Parisien. Des secouristes auxquels s'ajouteront quelque 150 policiers, 60 véhicules et 4 hélicoptères.

Sept sites d'exercices en Ile-de-France

Le site de la préfecture de Paris détaille le scénario précis d' EU Sequana. Du 7 au 11 mars sera simulée la montée des eaux de la Seine, à 7,13 mètres le jeudi 10 mars à Paris-Austerlitz. A partir du 15 mars, la décrue s'amorcera. Le but, expose la préfecture, "devant un phénomène apparemment peu menaçant, (...) est de maintenir pouvoirs publics, opérateurs et citoyens en veille, prêts à y faire face".

Les exercices seront menés sur sept sites à Paris, Valenton (94), Saint-Denis (93), Limay, Beynes (78), Gennevilliers (92) et Port (92). Concrètement, ils consisteront par exemple, à Valenton dans le 94 le samedi 12 mars, à évacuer un maison de retraite par hélicoptères et embarcations, à organiser des recherches de disparus au moyen d'équipes cynotechniques, à installer une unité de traitement de l'eau et un poste médical avancé. Autres exemples, il sera question le 13 mars à Paris sur le Bassin de La Villette, de porter secours à une péniche accidentée et d'installer un barrage antipollution. Toujours le 13 mars, sur le Champ de Mars, des démonstrations nautiques seront menées et un atelier de prévention sera mis en place avec projection d'un film en 3D de simulation d'inondations, ainsi que des jeux pour "tester sa vulnérabilité à la crue", précise Le Parisien.

Les sept sites de l'exercice EU Sequana 2016.
Les sept sites de l'exercice EU Sequana 2016. © Préfecture de Paris - Zones de défense et de sécurité de Paris

En dehors des pompiers, secouristes et forces de l'ordre, de grandes institution publiques et privées seront mises à contribution. Ainsi, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris et de grandes entreprises telles qu'EDF, la SNCF, Orange, Veolia... Toutes ces institutions devront simuler un scénario précis de gestion de crise.

Cinq millions de sinistrés

Les dégâts qu'entraînera une telle crue couvrant 500 km² sont gigantesques. Selon une estimation de l'OCDE de 2013, les inondations pourraient faire cinq millions de sinistrés et affecter directement 400.000 emplois. Quelque 1,5 million de personnes seraient aussi privées d'électricité, tandis que 1,3 million n'auraient plus d'accès à l'eau potable. Quant au coût de cette catastrophe, il pourrait avoisiner les 30 milliards d'euros et faire perdre deux points de croissance au pays, détaille Le Parisien.

D. N.