BFMTV

Hiver trop doux: plusieurs records de températures battus en France

Un Noël printanier. C'est le scénario fou que nous donne à voir la météo de cette fin d'année qui bat des records de températures, partout en France.

Jeudi 17 décembre 2015, il a fait presque 22,8° Celsius à Saint-Jean-de-Luz et 15,9° à Paris. Presque un temps de plage, presque un temps de terrasse de café. Partout en France, la douceur résiste à l'hiver, perturbant indistinctement skieurs et pêcheurs, mais faisant la joie des promeneurs.

Au niveau mondial l'année 2015 s'annonce d'ores et déjà comme la plus chaude de notre histoire moderne, relevait jeudi la météo américaine (NOAA). Elle battrait donc le record de 2014.

Records battus dans au moins 9 villes de métropole

Dans plusieurs villes de métropole, des records de chaleur ont été dépassés. Ce fut ainsi le cas dans les localités suivantes: 

Tulle, 19,7° C, le dernier record de 19° datait du 16 décembre 1989;

Charleville-Mézières, 15,6°, le dernier record de 15,5° datait du 7 décembre 2000;

Le Touquet, 16,2°, le dernier record de 16,1° datait du 7 décembre 2000;

Calais, 16,2°, le dernier record de 15,8° datait du 7 décembre 2000;

Autun, 16,8°, le dernier record de 16,3° datait du 7 décembre 2000;

Montgivray, 20,7°, le dernier record de 18,9° datait du 24 décembre 2012;

Ouessant, 15,4°, le dernier record de 14.8° datait du 4 décembre 2000;

Uzerche, 18,6°, le dernier record de 17,8° datait du 15 décembre 1998;

Saint-Flour, 15,8°, le dernier record de 15,4° datait du 17 décembre 1997.

Selon François Gourand, prévisionniste à Météo France interrogé sur BFMTV, ce n'est pas tant le nombre de records battus, que le maintien de températures élevées sur la durée, qui interpelle. "Si on prend stricto sensu les températures, on a déjà atteint des valeurs comparables. Elles sont remarquables, mais devront s'apprécier sur la durée", continue-t-il. Avec "2,6°C au dessus de la normale", ce mois de décembre est l'un des plus chauds jamais connus en France.

  • Cette douceur anormale pour la saison devrait durer jusqu'à la Noël, explique le spécialiste. Mauvaise nouvelle pour ceux qui partent à la montagne, en dehors des stations de haute altitude, il ne faudra pas compter sur des chutes de neige naturelle. Peut-être "quelques unes lundi ou mercredi", nuance le prévisionniste.

Le réchauffement climatique à l'œuvre?

Si 2014, année la plus chaude de notre époque, est battue par 2015, la tentation est grande d'y voir un signe du réchauffement climatique. Les décideurs du monde ne l'ont-ils pas souligné pendant la Cop21? Pour toutes ces questions de climat qui ne s'apprécient qu'a posteriori, car sur le long terme, la prudence le dispute à l'exigence de vérité.

  • Pour François Gourand, ces années peuvent effectivement être perçues comme des "symptômes du réchauffement climatique". Plus que des preuves, donc. L'année 1934 avait aussi été particulièrement chaude, souligne-t-il. D'autant que ces chaleurs s'expliquent aussi par le "phénomène El Niño, dans le Pacifique". Ce courant saisonnier chaud qui s'étend au large du Pérou et de l'Equateur influence fortement le climat américain et mondial en générant "beaucoup de chaleur". Et il y a fort à parier qu'il se manifeste avec la même intensité en 2016.

Mais si le courant marin justifie au moins en partie l'affolement des relevés thermométriques, il ne saurait oblitérer le réchauffement global. François Gourand en convient: "Les saisons ne sont plus vraiment ce qu'elles étaient".