BFMTV

Une intense fusillade dans un restaurant au Bangladesh

Un Bangladais transporté à Dacca au moment de l'attaque contre le restaurant dans la nuit du 2 juillet.

Un Bangladais transporté à Dacca au moment de l'attaque contre le restaurant dans la nuit du 2 juillet. - STR - AFP

La police bangladaise a annoncé vendredi soir qu'une fusillade avait éclaté entre des policiers et des hommes armés qui ont ouvert le feu dans un restaurant du quartier diplomatique de la capitale Dacca. Peu après, Daesh a revendiqué l'attaque.

Une fusillade a éclaté vendredi soir dans un restaurant du quartier diplomatique de Dacca, la capitale du Bangladesh, entre des policiers et une dizaine d'individus armés, a-t-on appris auprès de la police. 

"Un nombre inconnu de personnes se trouvent encore à l'intérieur (de l'établissement) mais on ne sait pas si elles ont été prises en otage", a affirmé un responsable de la police locale, Sayedur Rahman.

Selon une information relayée sur les réseaux sociaux par l'agence Reuters, les assaillants seraient au nombre de "huit ou neuf". Peu après, Daesh a revendiqué la fusillade qui visait un quartier fréquenté par les Occidentaux. Le groupe terroriste s'est exprimé en ces termes via son agence de propagande Amaq: "Des commandos de l'Etat islamique attaquent un restaurant fréquenté par des étrangers dans la ville de Dacca, au Bangladesh". 

La police passe à l'assaut

Selon la version en ligne du quotidien Daily Star, cinq assaillants ont fait irruption dans le restaurant Holey Artisan Bakery vers 21h20 locales dans le quartier chic de Gulshan et ont ouvert le feu. Des témoins rapportent avoir entendu crier "Allahu Ackbar". 

La fusillade a éclaté tout près du Nordic Club, un lieu très fréquenté par les expatriés des pays nordiques, ainsi que de l'ambassade du Qatar. Des étrangers sont toujours retenus à l'intérieur de l'établissement. La police est actuellement aux prises avec les assaillants. Sumon Reza, le responsable du respaurant qui a réussi à s'enfuir, assure qu'une vingtaine d'étrangers sont pris en otages (tout comme des clients bangladais). Il affirme aussi que les assaillants ont utilisé des explosifs. 

Au moins deux policiers tués

Susan Durrwachter, productrice pour CNN, annonce sur les réseaux sociaux la mort de deux policiers au cours des affrontements. La police bangladaise a confirmé plus tard ce bilan, ajoutant qu'une vingtaine d'autres sont blessés. 

Rukmini Callimachi, journaliste spécialiste des questions liées au djihadisme pour le New York Times, a quant à elle eu accès à la revendication de Daesh.

La presse locale, ici évoquée par le site de L'Express, parle d' "au moins trente blessés". L'agence Amaq va jusqu'à parler de la mort de 24 personnes de nationalités différentes, mais cette déclaration est à prendre avec les plus grandes précautions car Amaq est affiliée à Daesh.

R.V avec AFP