BFMTV

Trump juge "peut-être illégal" un enregistrement à son insu évoquant un paiement à une ex-playmate

Donald Trump a qualifié de "peut-être illégal" les enregistrements réalisés à son insu par son ancien avocat

Donald Trump a qualifié de "peut-être illégal" les enregistrements réalisés à son insu par son ancien avocat - WIN MCNAMEE - GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

Dans des enregistrements réalisés à son insu par son ancien avocat, Donald Trump évoque des paiements à une ex-mannequin avec laquelle il entretenait une liaison au moment de la naissance de son fils.

Donald Trump a jugé ce samedi "totalement inédit" et "peut-être illégal" d'avoir été enregistré à son insu par son ex-avocat Michael Cohen lorsque les deux hommes évoquaient la possibilité d'acheter le silence d'une ancienne playmate avec laquelle il aurait eu une liaison.

Il est "encore plus inconcevable qu'un avocat enregistre un client - totalement inédit et peut-être illégal", a dénoncé le président américain sur Twitter.

L'enregistrement, réalisé deux mois avant le scrutin présidentiel de novembre 2016, a été saisi par les enquêteurs du FBI lors d'une perquisition dans les bureaux de Michael Cohen, avait révélé vendredi le New York Times.

Donald Trump a également estimé "inconcevable qu'un gouvernement pénètre dans le bureau d'un avocat (tôt le matin) - presque inédit". 

"Votre président préféré n'a rien fait de mal!"

La discussion portait sur l'ancienne playmate du magazine Playboy Karen McDougal, qui affirme avoir eu une relation "romantique de 10 mois en 2006 et 2007" avec celui qui n'était pas encore entré en politique. Mais selon le New York Times, la transaction n'a jamais eu lieu.

Si un autre avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, avait réagi vendredi et confirmé l'existence de cet enregistrement, c'est la première réaction directe du président américain.

"La bonne nouvelle c'est que votre Président préféré n'a rien fait de mal!", s'est exclamé Donald Trump pour conclure son tweet.

Michael Cohen est régulièrement considéré comme l'homme de main de Donald Trump, davantage que comme son avocat. Il a notamment reconnu publiquement avoir versé 130.000 dollars à l'actrice pornographique Stormy Daniels en novembre 2016 pour acheter son silence sur un rapport sexuel qu'elle aurait eu avec le président en 2006. 

M. F. avec AFP