BFMTV

Thaïlande: découverte d'un trafic de voitures de luxe avec la Grande-Bretagne

-

- - Illustration - Des policiers thaïlandais - Pornchai Kittiwongsakul, AFP/Archives

Un traffic de voitures de luxe entre le Royaume-Uni et la Thaïlande a été mis à jour par la police thaïlandaise. Les propriétaires des voitures volées au Royaume-Uni sont également dans le viseur de l'enquête.

Des dizaines de voitures de luxe, Lamborghini ou Porsche, volées en Grande-Bretagne et exportées vers la Thaïlande, ont été saisies par la police thaïlandaise, mettant au jour un trafic que les enquêteurs cherchent désormais à démanteler.

Alertés par leurs homologues britanniques, les policiers thaïlandais ont mené ces dernières semaines une série de raids, très médiatisés, contre plusieurs concessionnaires de voitures de luxe. Au total, ce sont plus de 120 voitures qui ont été saisies dont près de 40 venant de Grande-Bretagne, ont confirmé à l'AFP les polices thaïlandaise et britannique. 

Un réseau en place "depuis longtemps"

L'enquête a permis de remonter jusqu'à des responsables des douanes thaïlandais, corrompus par les concessionnaires pour faire entrer les véhicules dans le royaume en évitant la taxe de plus de 300% sur les voitures de luxe.

"Plus de 1.000 voitures de luxe (se trouvant actuellement en Thaïlande) sont impliquées", a expliqué à l'AFP Korawat Panprapakorn, le responsable de l'enquête, qui recherche les centaines de véhicules suspects manquant à l'appel. Il a précisé que ce réseau était en place "depuis longtemps", avec la Grande-Bretagne comme source privilégiée d'approvisionnement, les voitures roulant à gauche dans les deux pays, avec donc le volant à droite.

Parmi les voitures saisies, de nombreuses Lamborghini, une voiture particulièrement appréciées des riches Bangkokiens, dans un pays très inégalitaire comptant de nombreux millionnaires souvent membres de grandes familles tenant l'économie.

Les propriétaires britanniques soupçonnés

Parmi les ruses utilisées par les trafiquants: importer les véhicules en pièces détachées puis les faire assembler en Thaïlande ou déclarer la voiture comme étant un modèle moins cher.

Les enquêteurs soupçonnent les propriétaires des voitures en Grande-Bretagne d'avoir été en cheville avec les trafiquants: en effet, ils n'envoyaient la déclaration de vol de leur véhicule qu'une fois celui-ci sur un cargo en mer à destination de la Thaïlande. L'enquête se poursuit en Grande-Bretagne concernant ce volet de l'affaire, avec une coopération entre policiers thaïlandais et britanniques.

Aujourd'hui, en Thaïlande, les importations d'une trentaine de concessionnaires sont passées au peigne fin. La police thaïlandaise, réputée pour son inefficacité et sa corruption, promet "une enquête complète".

G.D. avec AFP