BFMTV

Syrie: 33 morts dans un raid aérien sur un centre de déplacés

Des Casques blancs syriens éteignent un incendie provoqué par des frappes aériennes du régime sur la ville rebelle de Hamouria, dans les environs de Damas, le 21 mars 2017

Des Casques blancs syriens éteignent un incendie provoqué par des frappes aériennes du régime sur la ville rebelle de Hamouria, dans les environs de Damas, le 21 mars 2017 - AMER ALMOHIBANY, AFP

Au moins 33 civils ont été tués après un raid aérien de la coalition contre Daesh en Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Au moins 33 civils ont péri en Syrie dans un raid aérien mené par la coalition internationale antidjihadistes sous commandement des Etats-Unis sur une école servant de centre pour les déplacés, a indiqué mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'OSDH, la frappe a eu lieu mardi matin au sud d'Al-Mansoura, une ville tenue par Daesh dans la province de Raqqa, dans le nord du pays. 

"Nous pouvons confirmer que 33 personnes ont été tuées. C'était des déplacés de Raqqa, Alep et Homs. Ils sont encore en train de retirer des corps des décombres. Seules deux personnes en ont été dégagées vivantes", a déclaré le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane.

Plus de 220 civils tués par la coalition

L'ONG, qui est basée au Royaume-Uni mais dotée d'un vaste réseau de militants et des sources médicales en Syrie, a indiqué pouvoir déterminer qui avait mené les raids par le type d'appareils, leur localisation et les munitions employées.

"Raqqa is Being Slaughtered Silently", un groupe militant qui publie des informations depuis Raqqa, a également fait état des raids: "L'école qui a été visée abritait environ 50 familles de déplacés", a-t-il indiqué. 

Raqqa est le fief en Syrie de Daesh qui contrôle également une bonne partie de la province de même nom.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par la coalition internationale, mène actuellement une offensive pour reprendre Raqqa. La coalition internationale, qui mène aussi des frappes contre les djihadistes en Irak, a reconnu début mars avoir causé la mort d'au moins 220 civils depuis 2014 dans les deux pays. Certains observateurs ont évoqué un bilan plus lourd.

G.D. avec AFP