BFMTV

Russie: le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov condamné à 20 ans de prison

Le réalisateur Oleg Sentsov lors d'une audition, à Rostov-on-Don, le 21 juillet 2015.

Le réalisateur Oleg Sentsov lors d'une audition, à Rostov-on-Don, le 21 juillet 2015. - AFP - Sergei Venyavsky

Le réalisateur Oleg Sentsov, opposant à l'annexion de la Crimée par la Russie, a été condamné mardi par la justice russe à 20 ans de prison pour "terrorisme", au terme d'un procès dénoncé par les Occidentaux.

Alors que le parquet avait requis 23 ans de prison, le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a été condamné par la justice russe à 20 ans de colonie pénitentiaire. La condamnation est assortie d'une mesure de détention "à régime sévère", qui prévoit des conditions plus draconiennes, notamment sur l'accès au parloir et la fréquence du courrier.

Condamnations internationales

Oleg Sentsov a été reconnu coupable d'avoir coordonné les activités d'un groupe de militants affiliés au mouvement paramilitaire ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor (Secteur Droit). Ce mouvement avait pour mission d'attaquer les organisations prorusses et les infrastructures de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en mars 2014. Des faits que ce père de deux enfants a toujours nié en bloc.

La condamnation d'Oleg Sentsov "viole le droit international", a réagi la Haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, tandis que le département d'Etat américain l'a qualifiée d'"erreur judiciaire". L'ONG Amnesty International a pour sa part évoqué une justice rappelant les "procès staliniens".

Le réalisateur va faire appel

Militant écologiste ukrainien également jugé aux côtés du réalisateur, Alexandre Koltchenko a quant à lui été condamné à une peine de 10 ans. Tous deux comparaissaient pour "terrorisme", "organisation d'un groupe terroriste" et "trafic d'armes" dans une affaire qu'ils jugent politique. Deux autres personnes ont été condamnées à sept ans de prison après avoir reconnu être les complices de M. Sentsov mais ont refusé de témoigner à nouveau, l'une d'elles ayant affirmé avoir avoué sous la torture.

À l'énoncé du verdict, Oleg Sentsov et Alexandre Koltchenko ont d'abord souri, frondeurs. Et quand le juge leur a demandé s'ils avaient compris le verdict, les deux hommes se sont tenus par les épaules avant d'entonner l'hymne national ukrainien. L'avocat du réalisateur, Dmitri Dinze, a annoncé que son client allait faire appel et a dénoncé une condamnation allant "au-delà de l'injustice et du non-droit", selon l'agence de presse russe Tass.

la rédaction avec AFP