BFMTV

Qui est le nouveau directeur de la communication de Donald Trump?

Anthony Scaramucci, nouveau chef de la communication de Donald Trump, durant une conférence de presse à la Maison-Blanche, le 21 juillet 2017.

Anthony Scaramucci, nouveau chef de la communication de Donald Trump, durant une conférence de presse à la Maison-Blanche, le 21 juillet 2017. - JIM WATSON / AFP

Donald Trump a fait un choix stratégique: nommer un ancien financier qui ne garde pas sa langue dans sa poche et qui fait tout pour lui ressembler.

Nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche depuis le 21 juillet, Anthony Scaramucci (53 ans), s’est fait déjà connaître pour ses nombreux dérapages. Retour sur la carrière de cet ancien banquier d’affaires.

Un millionnaire passé par Goldman Sachs

A Washington, on le surnomme "the Mooch" (celui qui vit au crochet des autres). Né à Long Island dans l’Etat de New York, Anthony Scaramucci a pris une voie différente que les membres de sa famille, des immigrés italiens de la classe moyenne:

"Diplômé de Harvard et passé par la banque Goldman Sachs, il a fondé son propre fonds d’investissement le SkyBridge Capital en 2005 avant de le vendre en 2017 dans l’espoir d’une nomination au sein de l'administration Trump. Il a aussi fondé la Skybridge Alternatives Conference (Salt), une conférence annuelle qui attire les grands noms de Washington, d'Hollywood et de Wall Street" comme le rapporte The Guardian.

Sa fortune est par ailleurs estimée entre 45 et 65 millions de dollars selon Fortune.

"Je suis inexpérimenté en politique” 

"Je suis inexpérimenté en politique." Cette phrase, l'ancien banquier d'affaires l'a prononcée le vendredi 23 juillet, lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche comme le rapporte The Guardian. L'homme semble aussi changer souvent d'avis, puisqu'il est aussi connu pour avoir soutenu Barack Obama et Hillary Clinton comme l'explique The Daily Beast

"Anthony Scaramucci a fait un don de 5.600 dollars à Barack Obama en 2008 et de 4.600 dollars à Hillary Clinton en 2007 lors de leurs campagnes électorales. Ce dernier a écrit en novembre 2011 qu'il avait voté pour Barack Obama et Bill Clinton. Avant les élections de 2016, il a par ailleurs déclaré qu'il espérait qu'Hillary Clinton soit la prochaine Présidente des Etats-Unis d'Amérique". 

Un rapport particulier avec Donald Trump

Le millionnaire entretient par ailleurs un rapport particulier avec Donald Trump comme le rapporte The Telegraph:

"Il a déclaré qu'il avait rencontré Donald Trump à l'âge de 31 ans et qu'il l’avait de plus en plus aimé et admiré. Or, il n'a pas toujours été un partisan de Donald Trump. En 2015, il avait déclaré sur la chaîne Fox Business Network que Donald Trump était un 'politicard' et un 'tyran'".

Il rejoindra finalement la campagne de Donald Trump en février 2016 et a fait preuve de loyauté vis-à-vis du président des Etats-Unis jusqu'à sa récente nomination.

Le "mini me" de Donald Trump 

Au cours de sa première conférence de presse, le nouveau directeur de la communication a déclaré a plusieurs reprises "J’aime le Président Donald Trump", adoptant la même gestuelle que ce dernier. CNN l'a ainsi surnommé le "mini me" de Donald Trump.

De même, il a supprimé ses anciens tweets anti-Trump, comme il le justifie sur ce même réseau social:

Dès sa nomination, premiers dérapages 

Depuis sa nomination, l'ancien banquier new-yorkais n'a qu'un seul but: lutter contre les fuites au sein de la Maison Blanche. 

Son dernier dérapage? Mercredi 26 juillet, lorsqu'un journaliste du New Yorker, Ryan Lizza, a tweeté que Donald Trump le recevait à dîner ainsi que d'autres personnalités du monde médiatique.

Comme l'explique Le Monde, Anthony Scaramucci voulait savoir qui était à l’origine cette fuite. Sans réponse de la part de ses interlocuteurs, il a menacé de "virer" tout le monde "dans les deux prochaines semaines". Avant de s'en prendre, par ailleurs, à Steve Bannon, le stratège de Donald Trump, s'exclamant: "Je ne suis pas Steve Bannon, à essayer de sucer ma propre bite."

Pauline Armandet