BFMTV

Privés de bals de promo, les étudiants américains redoublent d'originalité pour fêter leur diplôme

Un défilé de célébration

Un défilé de célébration - ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Coronavirus oblige, les célébrations de fin d'année scolaire sont annulées outre-Atlantique. Pour autant, les étudiants s'organisent afin de ne pas manquer ce rendez-vous si important.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les États-Unis paient un lourd tribut à la maladie. Selon les chiffres diffusés dimanche, le pays est à l'heure actuelle le plus touché à l'échelle mondiale, avec près de 90.000 décès pour près de 1,49 million de cas recensés.

Mais en plus de ces lourdes pertes humaines, le coronavirus semble également bouleverser en profondeur les coutumes locales puisque comme le rapportent plusieurs médias américains, nombreuses sont les "high school prom", ces cérémonies censées célébrer la fin d'année universitaire, à avoir été annulées cette année. Une situation douloureuse pour certains, tant ce passage vers la vie d'adulte semble obligatoire.

"Monter sur scène, avoir son diplôme, et repartir, ces dix secondes que vous avez pour vous-même et pour les membres de votre famille. J'aurais adoré avoir ce moment", explique par exemple, auprès de CBS, William Ahn, diplômé de la Winston Churchill High School dans le Maryland.

Fêtes virtuelles

Pour autant, pas question pour les étudiants de passer à côté du fameux rendez-vous festif. Si un rassemblement en compagnie de centaines d'autres étudiants est logiquement exclu, bon nombre d'entre eux semblent vouloir se tourner vers les rencontres virtuelles.

C'est le cas de Ryan Iness, fraîchement diplômé de la Westview High School dans l'Oregon, qui a pendant de longues heures oeuvré à reproduire son université dans le célèbre jeu vidéo Minecraft. Ainsi, les autres étudiants qui possèdent également le jeu ont pu participer à une fête d'un genre nouveau. 

"Avec quelques uns de mes amis, nous nous sommes dit que ce serait sympa à faire. Au début de la soirée, nous n'étions qu'une centaine, mais plus tard le nombre de participants a fait surchauffer nos serveurs", explique-t-il auprès du média KGW

Au total, l'instigateur souligne que près de 500 personnes étaient présentes en simultané.

Défilés

Mais les initiatives originales ne s'arrêtent pas là. Comme l'ont signalé plusieurs autres médias locaux, des parades ont été organisées à travers des villes afin de célébrer la fin d'année scolaire.

A Carlisle en Pennsylvanie, ce sont ainsi plusieurs dizaines de pick-ups qui ont pris la route, chargés à chaque fois d'une dizaine d'étudiants qui célébraient l'événement, rapporte par exemple ABC News

"Nous voulons être célébrés pour ce qui peut-être une grande année de perte. Nous sommes tous des rois et des reines", explique un diplômé. 

Et ces scènes se sont répétées dans différentes villes du pays. Bay News faisant par exemple état d'un autre défilé à Dover, en Floride. 

Saut dans l'inconnu? 

Pour autant, malgré ces scènes de liesse, nombreux sont les étudiants à faire montre d'inquiétude pour les semaines à venir, tant l'entrée dans le monde du travail s'annonce ardue, crise sanitaire et économique oblige. 

"Je me sens triste et inquiet. Nous pensions que nous aurions plus d'opportunités car de nombreux étudiants sont partis. A de nombreuses candidatures, je me suis vu répondre 'nous n'avons pas de place pour le moment'", conclut Yogev Ben-Yitschak, un étudiant d'origine israélienne, toujours à CBS.
Hugo Septier