BFMTV

Pass sanitaire: comment le dispositif est-il mis en place à l'étranger?

Un contrôle du "Green pass" à Rome

Un contrôle du "Green pass" à Rome - Andreas SOLARO / AFP

Alors que le pass sanitaire élargi entrera en vigueur lundi 9 août en France, et permettra l'accès à plusieurs lieux publics, d'autres pays ont déjà mis en place des mesures similaires.

C'est désormais officiel. Attendue de longue date, la décision des "Sages" du Conseil constitutionnel a été rendue ce jeudi et entérine définitivement l'extension du pass sanitaire en France. Entre autres prérogatives, les Français devront, dès lundi, présenter le sésame pour entrer dans les cafés, restaurants, avions, trains, autocars pour les longs trajets, foires, séminaires et aux salons professionnels dans le souci d'une "conciliation équilibrée" entre les exigences de protection de la santé et des libertés individuelles.

Le cas français n'est toutefois pas unique. Les autorités de plusieurs pays, dans un souci de circonscrire la pandémie de Covid-19 et en particulier la diffusion du variant Delta, durcissent le ton et imposent de nouvelles règles dont certaines ressemblent aux mesures françaises.

Parfois, la décision a même été prise de longue date. Ce fut le cas au Danemark où le "Coronapass" est nécessaire pour se rendre au restaurant, au cinéma ou chez le coiffeur depuis plusieurs semaines. Même cas de figure en Autriche, où le dispositif est en place depuis maintenant deux mois.

· Italie

De l'autre côté des Alpes, le gouvernement a frappé un grand coup jeudi en rendant son "Pass vert" obligatoire pour les enseignants ainsi que pour les usagers des transports publics, dont les vols intérieurs, les ferries et les lignes de train longue distance, et les clients des restaurants. Il sera demandé dès ce vendredi pour les salles de cinéma, les musées et les salles de sport, ou encore pour manger au restaurant à l'intérieur de l'établissement.

Les professionnels de l'éducation, ainsi que les étudiants des universités, devront être munis du pass sanitaire. Les enseignants ne disposant pas du pass sanitaire pendant cinq jours d'affilée seront suspendus et leur salaire sera gelé, ont souligné les médias italiens.

A l'image du modèle français, le pass prouvera que son détenteur a soit été vacciné avec au moins une dose, soit s'est rétabli après avoir été malade du Covid-19 au cours des six derniers mois, ou a été testé négatif au cours des dernières 48 heures.

· États-Unis

Aux Etats-Unis, la situation est substantiellement différente. Dans ce pays fédéral, il n'existe pour l'heure pas de décision à l'échelle nationale et les gouverneurs interviennent uniquement dans leurs Etats. Actuellement, il n'existe pas de pass sanitaire aux Etats-Unis, et ce dispositif ne devrait pas être créé dans les semaines à venir.

Pour l'heure, une seule grande ville du pays, New York, a mis en place ce passeport afin de permettre à ses citoyens doublement vaccinés ou protégés contre la maladie d'accéder, à partir du 13 septembre prochain, aux bars, restaurants, lieux de culture ou encore aux spectacles. La liste de ces lieux concernés pourrait s'agrandir dans les jours à venir.

En revanche, la gestion de la maladie semble creuser un fossé de plus en plus important entre États gouvernés par les Démocrates, dont New York et la Californie, qui ont pris des mesures fermes, obligeant les employés non-vaccinés à se faire tester au moins une fois par semaine. En revanche, dans les États républicains, comme le Texas ou encore la Floride, cette hypothèse n'est absolument pas à l'ordre du jour.

· Allemagne

Autre pays fédéral, l'Allemagne, où la vaccination semble peu à peu marquer le pas, devrait prendre des mesures fortes dès la rentrée prochaine. Selon le très populaire quotidien Bild, un pass sanitaire devrait bien voir le jour et serait obligatoirement demandé pour accéder aux restaurants, hôtels ou encore coiffeurs. Comme le rapporte ce média, l'idée est que les non-vaccinés "ne soient autorisés à entrer nulle part".

Les mesures ne devraient pas s'arrêter là. Comme le précise de son côté le Frankfurter Allgemeine Zeitung, d'autres mesures importantes devraient suivre. A l'image de la France, les tests pourraient ainsi devenir payants très prochaînement.

Particularité que l'Allemagne partage avec la France: le nombre de plus en plus élevé de citoyens opposés à la vaccination et aux restrictions sanitaires. Samedi dernier, plusieurs milliers d'entre eux défilaient dans les rues de Berlin afin de signifier leur mécontentement.

· Espagne

Là encore, la décision de mettre en place un pass sanitaire doit se faire localement, le pays étant divisé en régions autonomes. En revanche, à l'échelle nationale, un outil de ce type, appelé "certificat Covid", existe bel et bien, sans qu'il ne soit pour l'heure extrêmement restrictif.

Localement, dans chacune des 17 communautés, les restrictions peuvent être retoquées par le Tribunal supérieur de justice. Ce fut le cas aux Iles Canaries, où le gouvernement souhaitait mettre en place ce pass pour rentrer dans les bars, restaurants, lieux culturels et concerts. Une demande finalement rejetée par l'autorité. En Catalogne, on se refuse toujours à prendre cette décision tant que l'intégralité de la population n'aura pas eu accès aux vaccins.

Pour l'heure, des restrictions ont uniquement été prises en Galice et en Cantabrie, où le pass est demandé pour les bars et restaurants, et en Aragon et dans les Baléares pour les concerts. Il faut dire qu'à l'inverse de la France, l'Espagne ne compte que très peu de sceptiques et la vaccination se poursuit à grande vitesse. Pour l'heure, 69% de la population a reçu une dose et 59% est entièrement protégée.

· Royaume-Uni

Outre-Manche, les mesures sont encore peu restrictives. Pour l'heure, le pass sanitaire, appelé "passeport vaccinal", est utilisé dans le cadre de quarantaines en cas de retour de pays dits à risques en raison de la propagation forte du Covid-19.

Si des tests antigéniques sont demandés afin de rentrer en boîte de nuit, rien n'est pour l'heure réclamé pour les bars et restaurants. Une tendance qui pourrait rapidement s'inverser puisque d'ici septembre, le gouvernement souhaite mettre en place un pass sanitaire pour les discothèques et les stades de foot. Une hypothèse critiquée au sein même du camp de de Boris Johnson et de l'opposition, qui jugent cette proposition contraire à l'éthique.

En attendant, les autorités sanitaires restent intraitables quant aux quarantaines observées dans le pays, surtout si les patients ne sont pas vaccinés et testés positifs. Un individu qui quitte son domicile durant la période impartie se risque ainsi à une amende allant de 1000 à 10.000 livres.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV