BFMTV

Pakistan: au moins 10 morts et plus de 60 blessés dans une explosion à Lahore

-

- - Les secours aux abords des lieux de l'explosion à Lahore le 13 février 2016 - Image ARIF ALI / AFP

Au moins 10 personnes sont mortes dans un attentat revendiqué par les talibans, à Lahore dans l'est du Pakistan.

Au moins 10 personnes sont mortes lundi lorsqu'un attentat revendiqué par les talibans a fauché des manifestants en plein centre de de Lahore (est), faisant voler en éclats un relatif sentiment de sécurité dans la capitale culturelle pakistanaise.

La police a bouclé la zone sur Mall Road, une des principales artères de la capitale du Pendjab, tandis que les témoins s'enfuyaient par peur d'une deuxième explosion.

Les talibans pakistanais revendiquent l'attaque

Une responsable des secours, Deeba Shahnaz, a indiqué qu'au moins 10 personnes avaient péri dans l'explosion et qu'une soixantaine de blessés avaient été transportés vers les hôpitaux de la ville, un bilan confirmé de sources hospitalières.

"L'explosion était si puissante. J'ai vu les blessés et les corps, les flammes entourant les lieux de l'explosion. Les gens pleuraient", a raconté à l'AFP un témoin, Muhammad Tariq.

La faction Jamaat-ul-Ahrar des talibans pakistanais a revendiqué l'attentat, qui s'est produit au moment où plusieurs centaines de pharamaciens manifestaient contre une loi récemment votée devant l'Assemblée provinciale du Pendjab.

70 morts en mars 2016

"La police sur place m'a indiqué qu'il s'agissait d'un attentat suicide, nous sommes en train d'enquêter", a indiqué à l'AFP le ministre de la Justice de l'exécutif provincial, Rana Sanaullah.

Lahore a été secouée par l'un des attentats les plus meurtriers de 2016 lorsqu'un kamikaze taliban a fait détonner sa charge dans un parc bondé le jour de Pâques, tuant plus de 70 personnes, dont de nombreux enfants.

Hormis cela, les attentats sont restés rares ces dernières années dans cette ville très animée. Plus généralement, les violences extrémistes ont nettement diminué ces deux dernières années au Pakistan. 

G.D. avec AFP