BFMTV

« Notre hôtel nous a pris en otages »

-

- - -

Ce week-end en Turquie, des touristes belges et français ont été retenus par leur hôtel parce que leur tour opérateur y avait des dettes. Témoignage d'une Française "prise en otage".

Ce week-end 147 touristes belges et français ont été retenus par leur hôtel, Un 5 étoiles d'Antalya en Turquie. Cette "prise d'otages" est le résultat d'un litige financier entre l'établissement et le tour opérateur belge Christofair, qui y a laissé une ardoise d'environ 80 000 euros. Ces touristes, essentiellement des personnes du 3ème âge, avaient pourtant opté pour une formule "tout compris", réglée à l'avance auprès d'une agence en Belgique. Ils ont dû payer 275 euros chacun pour pouvoir accéder à leur chambre samedi et pouvoir manger.

Yvette Vanneste, 68 ans, originaire du Pas-de-Calais, est l'une des touristes « pris en otages ». Elle explique ce qui s'est passé : « On a eu une circulaire sur la porte, nous disant que le tour opérateur avait fait faillite, qu'on devait payer la part d'hôtel et qu'on serait remboursés après par notre voyagiste. En fait, on s'est rendu compte qu'on allait être piégés. On était pris en otages, on nous a gardé nos passeports. Et hier matin, après notre petit-déjeuner, on n'a plus eu accès aux chambres, tout a été démagnétisé. Il y avait des vigiles partout pour nous empêcher d'aller dans les chambres ou de manger. Une fois qu'on a payé, on a eu accès à tout. On a du payer pour ne pas dormir à la belle étoile. »

La moitié des dettes du tour opérateur a été réglée par le fonds de garantie des voyages. Et l'hôtel a finalement accepté de laisser repartir les touristes, qui devraient atterrir cet après-midi à Liège en Belgique.

Juliette VINCENT, avec Hugo PERRIER