BFMTV

L'armée israélienne accusée de viser les journalistes

BFMTV

L'Association de la presse étrangère (FPA) en Israël a accusé dimanche l'armée israélienne de "viser délibérément" des journalistes, à la suite de tirs de balles caoutchoutées et de grenades assourdissantes lors d'incidents en Cisjordanie.

Dans un communiqué, l'association qui représente les journalistes de médias étrangers, y compris l'AFP, a accusé des soldats israéliens d'avoir visé directement un groupe de photographes qui couvraient des incidents dans le secteur de Qalandia, entre Jérusalem et Ramallah.

"Vendredi après-midi, les forces israéliennes ont lancé des grenades assourdissantes vers des photojournalistes appartenant à la FPA au moment où ils quittaient Qalandia. Les membres de la FPA avaient levé les mains en l'air pour indiquer qu'ils quittaient les lieux et c'est à ce moment-là que des grenades ont été lancées dans leurs dos", a ajouté l'association.

"Tous les photographes portaient des gilets et des casques permettant de les identifier comme tels", a-t-elle affirmé. "Il ne fait aucun doute que les forces (israéliennes) visaient directement les journalistes", a ajouté la FPA.

Auparavant, un photographe italien indépendant couvrant le même incident a failli recevoir une balle en plein visage, a affirmé l'association. L'armée israélienne n'a pas réagi dans l'immédiat à ces informations.

Le chef du service photo de l'AFP du bureau de Jérusalem Marco Longari a expliqué que les photographes se trouvaient sous un abri à environ 20 mètres de jeunes Palestiniens qui lançaient des pierres et que les soldats avaient subitement commencé à tirer des balles caoutchoutées sans avoir utilisé auparavant des gaz lacrymogènes ou lancé des avertissements. "Normalement, ils (les soldats) tirent dans les jambes, mais cette fois-ci c'était au niveau des yeux", a ajouté Marco Longari.

A.D. avec AFP