BFMTV

Maroc: l'un des plus hauts dignitaires musulmans dénonce la "nudité obscène"

L'imam Omar Kzabri arrive à la mosquée Hassan II, à Casablanca, le 29 août 2009.

L'imam Omar Kzabri arrive à la mosquée Hassan II, à Casablanca, le 29 août 2009. - ABDELHAK SENNA - AFP

L'une des principales figures de l'islam officiel marocain a dénoncé en début de semaine sur les réseaux sociaux la "nudité obscène" qui aurait envahi "été comme hiver" les villes marocaines".

"La nudité n'est plus affaire de saison, elle est étalée sous nos yeux, hiver comme été", a estimé dans un message publié sur sa page facebook Omar al-Kazabri, imam de la mosquée Hassan II de Casablanca, la plus grande mosquée du pays. 

"Regardez nos rues. Cela brise le coeur de voir la situation dans laquelle nous nous trouvons, la nudité obscène, l'étrange audace contre les commandements de Dieu, un défi et un outrage à la population", a-t-il accusé.

"Des femmes jeunes, dénudées, fumant des cigarettes. Où sont leurs tuteurs? Des filles dénudées, des garçons perdus, tombés dans les filets de la séduction. Ils sont tous victimes d'un complot contre cette nation, un complot dont les responsables ont voulu tuer la pudeur, les valeurs, les principes", affirme l'imam Kazabri. Le religieux vitupère les "bandits de grand chemin qui sèment la confusion", et qui "combattent les défenseurs de la pudeur", les accusant de ne pas "respecter la liberté de celle qui a choisi le voile ou le niqab".

Certains médias locaux dénoncent cette prise de position

"Quelle mouche l'a donc piqué?", s'interroge jeudi le site Média24, tandis que Telquel, autre site privé, s'étonne de cette "conception assez particulière de la nudité". Il rappelle aussi que l'imam n'en est "pas à sa première sortie hasardeuse".

Un discours qui "fait peur" et qui "est d'autant plus dangereux qu'il est très audible et qu'il n'est pas celui de l'imam d'une mosquée de quartier", souligne Média24, rappellant qu'au Maroc "le monopole du religieux est exercé sous l'autorité" du roi Mohamed VI.

Face à cette montée de boucliers, Omar al-Kazabri a publié un nouveau message sur facebook, dans lequel il déplore les "attaques" de certains médias.

Le Maroc est le chantre d'un islam tolérant et modéré. De très nombreuses Marocaines sont vêtues à l'occidentale et ne portent pas le voile dans les grands centres urbains. La situation est sensiblement différente dans les campagnes, plus conservatrices mais varie également d'une région à l'autre. Depuis les législatives de 2011, ce sont les islamistes modérés du PJD qui sont au gouvernement.

la rédaction avec AFP