BFMTV

Le volcan de Bali crache ses cendres, l'aéroport reste fermé

Le volcan Agung, sur l'île indonésienne de Bali, crache ds cendres, le 28 novembre 2017

Le volcan Agung, sur l'île indonésienne de Bali, crache ds cendres, le 28 novembre 2017 - SONNY TUMBELAKA, AFP

Une éruption majeure du volcan Agung est attendue à tout moment.

L'aéroport international de Bali, haut lieu du tourisme en Indonésie, était fermé mardi pour le deuxième jour consécutif en raison du risque d'éruption d'un volcan qui crache d'immenses panaches de cendres, bloque des milliers de visiteurs et provoque des évacuations massives.

Mardi, 443 vols avaient été annulés à l'aéroport international de Denpasar, capitale de Bali, destination touristique mondiale avec des millions de visiteurs chaque année. Plus de 120.000 voyageurs sont touchés.

Un éruption à tout moment

Des dizaines de milliers d'habitants effrayés ont fui leur maison aux alentours du mont Agung, où les autorités ont décrété le niveau d'alerte maximum et prévenu qu'il pourrait connaître une éruption majeure à tout moment.

Le volcan émet de spectaculaires colonnes d'épaisse fumée grise depuis plusieurs jours et les avions resteront cloués au sol jusqu'à au moins mercredi matin.

40.000 personnes évacuées

Si 40.000 personnes ont déjà quitté la zone de danger établie autour du mont Agung, les autorités estiment qu'un total de 100.000 habitants pourraient devoir s'éloigner.

"Le volcan projette toujours des cendres volcaniques. Elles sont épaisses et s'élèvent très haut dans les airs, jusqu'à trois ou quatre kilomètres au-dessus du cratère", a déclaré I Gede Suantika, membre de l'agence de volcanologie indonésienne. "L'activité au mont Agung reste très intense. Nous sommes toujours au niveau d'alerte le plus élevé".

Rafraîchir la température mondiale 

La dernière éruption du mont Agung, en 1963, avait fait 1.600 morts, l'une des plus meurtrières dans un pays qui compte près de 130 volcans actifs.

Les spécialistes estiment que l'activité au mont Agung est comparable à ce qui s'était produit voici un demi-siècle, lorsque le volcan avait envoyé dans l'atmosphère suffisamment de débris -environ un milliard de tonnes- pour rafraîchir la température mondiale de 0,2 à 0,3 degrés Celsius pendant un an environ.

S.Z avec AFP