BFMTV

Le mammouth ressuscité dans quelques années?

Une réplique de mammouth du musée d'Histoire Naturelle de Siegdorf, en Allemagne. (Photo d'illustration)

Une réplique de mammouth du musée d'Histoire Naturelle de Siegdorf, en Allemagne. (Photo d'illustration) - AFP

Une équipe de scientifiques américains planche sur le développement d'un embryon hybride de mammouth, croisé avec l'éléphant d'Asie.

Il a disparu depuis plus de 4.000 ans, mais pourrait ressusciter. Grâce à des manipulations génétiques, les scientifiques espèrent un retour du mammouth d'ici quelques années. En effet, ils travaillent actuellement sur un projet d'embryon hybride, qui, sous les traits du mammouth, permettrait de créer une nouvelle espèce d'éléphant d'Asie, relate The Guardian

Si cette créature voit le jour, elle pourrait être baptisée "mammophant". Cet éléphant posséderait "des petites oreilles, plusieurs couches de graisse, une longue fourrure et le sang froid des animaux polaires", explique le professeur George Church, qui dirige l'équipe de chercheurs. Ces caractéristiques de l'animal disparu sont directement implantées dans l'ADN de l'éléphant.

Pour George Church, le retour du mammouth permettrait de lutter contre le réchauffement climatique: "Ils empêchent la toundra de se dégeler, en permettant l'arrivée de l'air froid. En été, ils abattent les arbres et aident l'herbe à pousser". 

Un projet controversé sur le plan éthique

"Nous travaillons de plusieurs façons pour évaluer l'impact de toutes ces modifications", indique le professeur. Depuis le début du projet en 2015, l'équipe de scientifiques a pu augmenter ces "modifications", implantées dans le génome de l'éléphant. Toujours selon le professeur Church, ces manipulations génétiques pourraient aider à préserver l'éléphant d'Asie, dont l'espèce est menacée. 

Mais ce projet scientifique suscite plusieurs controverses. Matthew Cobb, professeur de zoologie à l'université de Manchester, explique que le "mammouth n'est pas seulement une addition de gènes, c'était aussi un animal social, tout comme l'éléphant d'Asie moderne. Que va-t-il se passer lorsque l'éléphant-mammouth hybride sera né?". En outre, l'équipe du professeur Church cherche aussi à implanter ce fameux embryon hybride dans l'utérus d'un éléphant. Pour Matthew Cobb, "l'animal résultant aura été privé des interactions pré-natales avec sa mère". 

Lors de l'âge de glace, le mammouth parcourait l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Nord. Plusieurs théories expliquent l'extinction de l'espèce: le changement climatique, ou encore la chasse par l'homme. 

La Russie et la Corée du Sud exploitent déjà ce projet

En 2013, une équipe de scientifiques russes a pu extraire une carcasse de mammouth depuis le sol gelé d'une île d'Arctique. "Quand nous avons percé la glace sous son ventre, du sang a coulé, très foncé", a expliqué le chef de l'expédition à l'AFP.

Ce sang "donne des chances réelles de trouver des cellules vivantes, qui peuvent permettre de réaliser le projet de clonage d'un mammouth", continue le scientifique. Pour ce clonage, la Russie a signé un accord avec le sud-coréen Hwang Woo-Suk, spécialiste controversé du clonage, et "père" en 2005 du premier chien cloné, baptisé Snuppy.

En cas de succès, le noyau de cellules de mammouth sera transféré dans des ovules énucléés d'éléphante. Le but est de produire des embryons pourvus d'un ADN de mammouth. Ils seraient ensuite placés dans l'utérus d'une éléphante d'Asie. Les Etats-Unis ont donc un sérieux concurrent pour ce projet scientifique. 

A.Mi