BFMTV

L'aviation russe bombarde la province d'Idleb en Syrie

La province d'Idleb

La province d'Idleb - Google Map

Ce mardi l'aviation russe a bombardé la province d'Idleb en Syrie, dernier grand bastion insurgé du pays.

L'aviation russe a bombardé mardi plusieurs zones de la province d'Idleb, dernier grand bastion insurgé du nord-ouest de la Syrie qui fait l'objet d'un ultime ballet diplomatique pour éviter une offensive du régime de Damas, selon une ONG.

"Les avions russes ont de nouveau bombardé la province d'Idleb après une pause de 22 jours", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Ces raids interviennent "au lendemain des frappes rebelles contre des positions des forces du régime dans la province voisine de Lattaquié qui ont fait trois morts", selon Rami Abdel Rahmane. La province côtière de Lattaquié est l'un des principaux fiefs du régime syrien dont est originaire la famille Assad. Moscou accuse les rebelles d'être à l'origine des drones envoyés vers la base militaire russe de Hmeimim, à Lattaquié, souvent abattus par les forces russes.

Jusqu'à 800.000 déplacés

A Idleb, les frappes russes ont ciblé mardi plusieurs secteurs du sud et du sud-ouest de la province, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda) et Ariha, contrôlée par les rebelles. Le régime de Bachar Al-Assad amasse depuis plus d'un mois d'importants renforts aux abords de la province d'Idleb et des poches adjacentes sous contrôle rebelle ou jihadiste, en vue d'une opération militaire d'envergure.

Selon les experts, une éventuelle offensive contre Idleb serait limitée et ne viserait que des secteurs périphériques, à proximité des zones tenues par le régime syrien. Ce dernier cherche à reconquérir ce bastion après avoir chassé rebelles et jihadistes de plusieurs autres grands bastions qu'ils contrôlaient en Syrie. Selon l'ONU, une offensive contre Idleb pourrait faire jusqu'à 800.000 déplacés et provoquer "une catastrophe humanitaire".

B.L. avec AFP