BFMTV

Retour sur le procès Breivik, entre provocations et émotion

-

- - -

Ce vendredi, la justice norvégienne va rendre son verdict dans le procès de l’extrémiste de droite, Anders Behring Breivik,  qui avait tué 77 personnes l’an dernier. Retour sur un procès très médiatique.

C’est le 16 avril dernier que Anders Behring Brevik apparaît devant les caméras du monde entier pour le premier jour de son procès. Les menottes aux mains, il brandit le poing et effectue un salut d’extrême droite.

Le tueur a visiblement préparé son entrée en scène. Costume soigné, collier de barbe impeccable, il brave l’assistance d’un regard de défi et multiplie les provocations. Lors de l’énoncé de ses crimes, il reste parfaitement insensible. Mais il fond en larmes lors de la projection d’une vidéo islamophobe qu’il a réalisée.

Le ton du procès est donné. Absence de remords, demande d’acquittement, justification de ses crimes, durant plus de deux mois, chaque audience est l’occasion d’une nouvelle provocation. Les rescapés du massacre de l’île d'Utoeya viennent tour à tour à la barre raconter l’horreur vécue ce 22 juillet 2011 : la chasse à l’homme menée par Breivik sur l’île durant plus d’une heure et toutes les victimes abattues de sang-froid. Le tueur reste impassible et même glacial.

Le 21 juin, le parquet requiert l’internement psychiatrique. Breivik écoute avec le sourire. C’est pourtant le verdict qu’il redoute car pour lui, cela priverait son "combat" de toute légitimité. Son avocat a promis de faire appel si ce jugement était prononcé. Breivik a déjà annoncé qu’il profiterait de l’occasion pour prononcer un discours, il s’agira sûrement là de son ultime provocation.