BFMTV

Les transports européens sortent peu à peu du chaos

A l'aérpoport londonien d'Heathrow, lundi. Le trafic aérien et les liaisons ferroviaires internationales sortent peu à peu du chaos provoqué par la neige et le froid en Europe mais la polémique enfle sur l'impréparation des transports. /Photo prise le 21

A l'aérpoport londonien d'Heathrow, lundi. Le trafic aérien et les liaisons ferroviaires internationales sortent peu à peu du chaos provoqué par la neige et le froid en Europe mais la polémique enfle sur l'impréparation des transports. /Photo prise le 21 - -

par Michael Roddy LONDRES (Reuters) - Le trafic aérien et les liaisons ferroviaires internationales sortent peu à peu du chaos provoqué par la neige...

par Michael Roddy

LONDRES (Reuters) - Le trafic aérien et les liaisons ferroviaires internationales sortent peu à peu du chaos provoqué par la neige et le froid en Europe mais la polémique enfle sur l'impréparation des transports.

Des dizaines de milliers de passagers ont été bloqués pendant des heures, voire des jours et des nuits, dans des gares mal chauffées et des aéroports débordés par l'afflux de voyageurs après les fortes chutes de neige du week-end.

Siim Kallas, le commissaire européen aux Transports, a déclaré qu'il envisageait d'imposer aux aéroports de fournir aux compagnies aériennes les infrastructures minimales nécessaires pour faire face à des conditions météorologiques difficiles.

Wolfgang Prock-Schauer, directeur général de la compagnie BMI, filiale de la Lufthansa, a accusé BAA, l'opérateur de l'aéroport d'Heathrow, de ne pas être préparé en cas de fortes chutes de neige.

"Ce qui est proprement incroyable, c'est que 10 cm de neige ont suffi pour fermer l'aéroport pendant deux jours avant qu'il ne fonctionne à nouveau au tiers de ses capacités", a-t-il dit au Times.

"BAA n'était pas prêt. Il n'avait pas suffisamment de liquide de dégel."

Un porte-parole de BAA, filiale de l'Espagnol Ferrovial, a démenti ces propos. Il a assuré que des leçons seraient tirées de ces événements.

"Il s'agit de conditions climatiques sans précédent qui ont conduit à la fermeture de la plupart des aéroports en Europe du Nord", a-t-il dit.

Les aéroports de Londres-Heathrow et de Francfort ont annoncé un retour progressif à la normale de leurs activités.

Dans les aéroports parisiens, le trafic a repris progressivement dès mardi mais des vols étaient encore annulés ou retardés vers les destinations européennes toujours perturbées par la météo.

ATTENTE DANS LE FROID

Environ 800 vols étaient prévus ce mercredi à Heathrow, soit 70% du service normal. Les responsables du site ont cependant invité les passagers à ne pas se rendre à l'aéroport si leur vol n'était pas confirmé.

"Nous espérons un retour à la normale d'ici la fin de la journée", a dit un porte-parole.

British Airways a fait savoir que, conformément aux instructions de l'aéroport, elle respecterait seulement un tiers de son programme de vols à Heathrow jusqu'à jeudi matin.

L'aéroport de Francfort fonctionnait pour sa part normalement mercredi matin après avoir été fermé pendant plusieurs heures lundi, ce qui a provoqué l'annulation de 400 vols.

Un porte-parole de l'aéroport a fait état de 3.500 passagers affectés, dont 600 ont dû passer la nuit sur des lits de camp.

"L'activité de l'aéroport redevient normale", a dit un porte-parole, Thomas Uber. "Mais il va nous falloir du temps pour rattraper notre retard."

La Deutsche Bahn a annoncé la mise en place de trains supplémentaires à partir de mercredi pour faire face aux nombreuses demandes de billets provoquées par les perturbations du trafic aérien.

Eurostar a annoncé l'annulation de neuf de ses 52 trains prévus mercredi, tout en ajoutant que les passagers concernés disposeraient d'un siège dans les prochains trains disponibles.

Des milliers de personnes ont dû faire la queue dans le froid mardi aux abords de la gare londonienne de Saint-Pancras car tous les sièges disponibles à bord des trains Eurostar avaient été pris par les voyageurs refoulés par les compagnies aériennes.

Même si la situation s'améliore, de nombreux passagers continuent d'exprimer leur colère.

"Ce devaient être les vacances de notre vie", a dit un homme interrogé par Sky News à l'aéroport d'Heathrow. "Et c'est un cauchemar."

Bertrand Boucey pour le service français