BFMTV

Pédophilie: le pape François "demande pardon"

Le pape François le vendredi 29 mars au Colisée

Le pape François le vendredi 29 mars au Colisée - -

Après son prédécessuer Benoît XVI, c'est au tour du pape François de demander "pardon" pour les actes pédophiles commis par des religieux.

Le pape François a "demandé pardon" vendredi au nom de l'Eglise et pour la première fois depuis son élection pour les "dommages causés" à des enfants par des prêtres pédophiles.

"Je me sens dans l'obligation d'assumer tout le mal commis par quelques prêtres, un petit nombre au regard de tous les prêtres, et de demander personnellement pardon pour les dommages qu'ils ont causés en abusant sexuellement d'enfants", a déclaré le pape en recevant le Bureau catholique international de l'enfance au Vatican.

Son prédécesseur, le pape Benoît XVI, avait déjà personnellement demandé pardon mais François ne l'avait pas fait même s'il avait dénoncé ces crimes.

Benoît XVI avait demandé "pardon"

"L'Eglise est consciente de ce mal. Nous ne voulons pas reculer en ce qui concerne le traitement de ce problème et les sanctions qui doivent être prévues". Au contraire, a ajouté le souverain pontife, "je crois qu'elles doivent être très sévères! On ne joue pas avec les enfants!" Dans la lignée de son prédécesseur, François s'est fermement engagé dans la lutte contre la pédophilie, mettant récemment en place une commission pour la protection de l'enfance, dont fait partie une ancienne victime irlandaise, Mary Collins.

En juin 2010, Benoît XVI avait demandé "pardon" avec "insistance", au nom de l'Eglise, pour les actes pédophiles commis. Un scandale qui avait assombri son pontificat.

"Je voudrais manifester mon refus de tout type d'expérimentation éducative avec les enfants", a souligné le pape. "On ne peut faire des expériences avec les enfants et les jeunes", a-t-il insisté.

François a demandé à toutes les personnes impliquées dans la défense des droits de l'homme de préserver une bonne "formation anthropologique", face aux "défis" que représentent pour la famille et l'éducation "les cultures contemporaines et la mentalité diffusées par les médias".

A. G. et A. D. avec AFP