BFMTV

Les temps forts de la visite du pape en Terre sainte

Le pape François au pied du Mur des Lamentations, à Jérusalem, le 26 mai 2014, au dernier jour de sa visite en Terre sainte.

Le pape François au pied du Mur des Lamentations, à Jérusalem, le 26 mai 2014, au dernier jour de sa visite en Terre sainte. - -

Le pape François s'est rendu pour la première fois en Jordanie, Cisjordanie et Israël, ces trois derniers jours. Retour sur les moments marquants de son voyage.

La visite était très attendue, elle a été marquée de nombreux temps forts. Pour son premier déplacement en Terre sainte, le pape François a multiplié les gestes hautement symboliques et les appels à la paix dans cette région du monde où le dialogue interreligieux est bloqué. Au cours de son périple, qui l'a amené d'Amman, en Jordanie, à Jérusalem, en Israël, en passant par Bethléem, dans les Territoires palestiniens, le souverain pontife s'est notamment recueilli près du Mur des Lamentations ou de la barrière de séparation en Cisjordanie. BFMTV.com revient sur les gestes forts de ce premier pèlerinage très politique.

> Détour imprévu par le "mur" de la séparation

Une des images fortes de ce déplacement restera sans nul doute le passage du pape François près du "mur" de la séparation, érigé par Israël, lors de son arrivée à Bethléem, dimanche. Au cours de ce détour imprévu -le pape a fait stopper sa voiture pour descendre au pied du mur de béton- l'évêque de Rome a posé sa main sur la barrière couverte de graffitis, dont l'un, en anglais lui était directement destiné: "Pape, nous avons besoin de quelqu'un pour parler de justice".

Un geste hautement symbolique, salué du côté palestinien. Pour un conseiller du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le pape a adressé un message signifiant "qu'on ne peut parvenir à la paix tant qu'Israël continue à construire des murs de séparation racistes entre les peuples palestinien et israélien".

> Recueillement à Jérusalem

Autre ville, autre image marquante. Au dernier jour de son pèlerinage, ce lundi, le pape François a visité les lieux à haute charge symbolique de la ville de Jérusalem. Après s'être rendu sur l'esplanade des Mosquées, où il a appelé les trois grandes religions monothéistes à se respecter et à oeuvrer pour la paix, le pape s'est recueilli devant le Mur des Lamentations, où il a glissé un message écrit sur un papier dans les interstices des pierres de ce célèbre lieu saint du judaïsme, comme l'avaient déjà fait ses prédecesseurs, Jean-Paul II, en 2000, et Benoît XVI, en 2009.

S'approchant seul du Mur, le souverain pontife y a posé une main durant quelques instants, avant de lire à voix haute, mais hors micros, le message qu'il était en train de déposer. Selon une radio israélienne, il était écrit: "Je suis venu ici pour prier Dieu afin qu'il fasse régner la paix".

A l'issue de cet instant de recueillement, le pape François a embrassé fraternellement le rabbin Abraham Skorka et le professeur musulman Omar Abboud, qui faisaient partie de la délégation officielle de ce voyage en Terre sainte. (photo ci-dessous)

Osservatore Romano - AFP

> Invitations au Vatican

Dimanche, depuis Bethléem, le pape François a invité les présidents palestinien et israélien, Mahmoud Abbas et Shimon Peres, qu'il a rencontrés tout à tour, à venir prier avec lui, dans "sa maison", au Vatican, pour la paix dans la région, meurtrie par le conflit israélo-palestinien. "J'offre ma maison, au Vatican, pour accueillir cette rencontre de prière. Tous nous désirons la paix", a-t-il déclaré, à l'issue d'une messe célébrée sur la place de la Mangeoire.

Le président de l'Autorité palestinienne a répondu favorablement à cette invitation, tout comme son homologue israélien. Les deux hommes se rendront au Vatican le 6 juin prochain.

Le pape François et Mahmoud Abbas. Andrew Medichini - Pool - AFP

> Hommages au peuple juif

Lors de la dernière journée de son pèlerinage, ce lundi, en Israël, le pape François a rendu plusieurs hommages au peuple juif en se rendant tour à tour au mont Herzl, qui abrite le cimetière national d'Israël, puis au mémorial de Yad Vashem des victimes de la Shoah (photo ci-dessous), après avoir fait une nouvelle étape surprise, cette fois-ci au mémorial des victimes israéliennes d'attentats, à Jérusalem.

Gali Tibbon - AFP

Selon la radio militaire israélienne, le souverain pontife aurait fait ce détour à la demande du premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, qui n'aurait pas apprécié son geste de la veille devant le "mur" de la séparation, à Bethléem. Une information non confirmée, pour l'heure, par les autorités israéliennes. Dimanche, depuis Tel Aviv, le pape François a exprimé son "profond chagrin" pour les victimes de la fusillade du Musée juif de Bruxelles survenue samedi, dénonçant un "acte criminel de haine antisémite".

Adrienne Sigel