BFMTV

Genève: la France bloque les négociations sur le programme nucléaire iranien

Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé le blocage par la France, des négociations à Genève pour le programme nucléaire iranien

Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé le blocage par la France, des négociations à Genève pour le programme nucléaire iranien - -

Pas d'accord sur le programme nucléaire iranien, à Genève. La faute à l'intransigeance française qui ne voit pas de "garanties pour l'arrêt du programme nucléaire iranien". Une nouvelle réunion est prévue à Téhéran, en Iran, le 20 novembre prochain.

Après trois jours d'intenses négociations, dans la nuit de samedi à dimanche, sur le programme nucléaire iranien, à Genève, aucun accord n'a été trouvé. Le pays responsable de cet échec est la France qui se justifie en déclarant que les conditions pour "garantir l'arrêt du programme nucléaire iranien n'étaient pas réunies". Une nouvelle réunion est programmée le 20 novembre, à Téhéran, en Iran.

Le réacteur d'Arak en question

En tuant dans l'oeuf les discussions sur le programme nucléaire iranien, la France a invoqué que les "garanties pour l'arrêt du programme nucléaire iranien n'étaient pas réunies". Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé la nouvelle le premier alors que les négociations étaient sur le point d'aboutir entre toutes les parties.

Pour Paris, des conditions pour un accord faisaient défaut notamment sur le sort du réacteur à eau lourde d'Arak, en construction pour être fonctionnel à l'été 2014. Les questions liées à la fabrication de plutonium, l'enrichissement de l'uranium et le parc de 19.000 centrifugeuses nouvelles générations sont également restées en suspens. La délégation française a répondu aux critiques sur ce blocage des discussions en déclarant: "Nous voulons éviter l'euphorie du verre à moitié plein" autrement dit des efforts restent à faire côté iranien.

"Vive la France"

Si le blocage par la France des négociations en déçoit plus d'un, il ravit néanmoins John McCain. Sur le réseau social, Twitter, l'ancien candidat républicain a salué dimanche le geste de la France et in fine, Laurent Fabius. «La France a eu le courage d'empêcher un mauvais accord nucléaire avec l'Iran. Vive la France !» Une position que l'Etat d'Israël rejoint puisque l'Etat Hébreu entend peser sur les négociations de la prochaine réunion, le 20 novembre prochain. Israël juge en effet un accord potentiel entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire "très mauvais pour le monde".