BFMTV

Entre fête et crise économique: la Croatie intègre l'UE ce lundi

Ce lundi 1er juillet, la Croatie sera le 28e pays à intégrer l'Union Européenne.

Ce lundi 1er juillet, la Croatie sera le 28e pays à intégrer l'Union Européenne. - -

Après la Roumanie et la Bulgarie en 2007, c'est au tour de la Croatie d'intégrer l'Union européenne. Pour ce jour historique, une grande fête est donnée à Zagreb, malgré un budget revu à baisse à cause de la crise économique.

La barrière "douane" de l'Union Européenne se décale un peu plus à l'Est. Ce lundi 1er juillet, la Croatie sera le 28e pays à intégrer l'Union Européenne. Elle rejoint ainsi la Slovénie, autre ex-république yougoslave qui ait rejoint à ce jour l'UE, membre depuis 2004.

Le panneau portant le sigle de l'UE sera installé à l'extrême Est du pays, à la frontière avec la Serbie, pays à qui Bruxelles a donné vendredi son feu vert pour l'ouverture de négociations d'adhésion.

Un jour historique pour la Croatie

"Cette date sera certainement une des dates clés de l'histoire de la Croatie depuis son indépendance. C'est depuis lors que l'adhésion à l'UE a été présentée comme l'objectif principal du pays", souligne l'historien croate Tvrtko Jakovina.

Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le chef de la Commission européenne José Manuel Barroso… une centaine de responsables européens est attendue à Zagreb pour assister dimanche soir à la fête de l'adhésion. Les présidents de tous les pays des Balkans seront également au rendez-vous.

L'absence d'Angela Merckel

Outre les dirigeants européens, aucune personnalité internationale n'a annoncé sa participation, mais la fête est davantage assombrie par la non-participation de la chancelière allemande Angela Merkel, en raison de spéculations de la presse croate autour de son absence.

Car malgré les démentis de Berlin, la presse croate assure que l'absence de Mme Merkel est liée au refus de Zagreb d'extrader un ancien chef du renseignement yougoslave recherché par la justice allemande, en lien avec le meurtre d'un dissident croate sur le territoire allemand en 1983.

Ce qui est sûr, c'est que dimanche sur la place centrale de Zagreb, 700 artistes participeront à la principale cérémonie. "Les cérémonies de célébration vont être belles et pleines d'émotions mais bien sûr elles vont être modestes en raison de la situation économique" difficile, a déclaré le président Ivo Josipovic, le président croate.

Un contexte économique peu favorable

Des feux d'artifices vont éclairer le ciel de Zagreb et d'autres villes croates, mais l'adhésion à l'UE a perdu de son charme pour la plupart des 4,2 millions d'habitants du pays. Un récent sondage montre qu'un Croate sur sept est favorable à l'organisation d'une fête pour marquer l'intégration du pays dans l'UE.

Les chiffres macroéconomiques croates n'invitent, toutefois, pas à l'optimisme tandis que l'UE est confrontée, elle-même, à la récession de neuf de ses 27 membres et à la crise de la zone euro.

L'Union européenne: "une zone de prospérité et de paix"

Le PIB est de 39% en dessous de la moyenne européenne, seule la Roumanie et la Bulgarie sont derrière la Croatie, selon l'office des statistiques de l'UE. L'économie est en récession depuis 2009 dans ce pays où le taux de chômage est de 21%.

Mais malgré la crise actuelle, l'historien Tvrtko Jakovina affirme qu' "une Europe unie reste toujours une zone de prospérité et de paix, tout comme un environnement désirable pour un petit pays périphérique comme la Croatie."

Marc Pédeau avec AFP